Recent Submissions

  • Contribution à l’étude biologique de deux octopodes : Eledone moschata (Lamarck, 1798) et Eledone cirrhosa (Lamarck, 1798).

    Mlaiki, Ikbel (INSTM; Faculté des Sciences de Bizerte, 2019)
    Le présent travail porte sur deux espèces de Céphalopodes, Eledone cirrhosa et E. moschata, collectées des côtes Nord de la Tunisie. Bien qu’elles soient accessoires dans la pêche, elles présentent un potentiel d’exploitation important et pourraient être un produit alternatif à d’autres espèces de Céphalopodes actuellement très exploitées. L’objectif de ce travail consiste à examiner les paramètres biologiques (reproduction et croissance). L’étude macroscopique des stades de maturité et l’évolution mensuelle du rapport gonado-somatique (RGS) nous a permis de fournir des résultats promoteurs sur la période de ponte des deux espèces. Elle débute en Février pour les mâles et en Avril pour les femelles chez Eledone moschata. Pour Eledone cirrhosa, il y a une saisonnalité de la reproduction avec un pic de ponte qui provient au delà du mois de Mai. La taille à la maturité sexuelle exprimée en longueur dorsale du manteau étant estimée de 94,82 mm chez les femelles et le plus petit mâle mature d’E. cirrhosa dans notre échantillon mesure 70 mm de LM. La taille à la maturité sexuelle est de 107,01 mm et100,7 mm respectivement chez les femelles et les mâles d’E. moschata. L’analyse de la relation taille-poids montre que la croissance pondérale est isométrique chez les deux sexes des deux espèces ; l’animal croît en poids et en longueur au même rythme. Une étude morphométrique a été également réalisée pour ces espèces en Tunisie. Les résultats obtenus constitueront les premières données biologiques sur E. moschata et actualisation des données biologiques sur E. cirrhosa dans la région nord de la Tunisie. La collecte de données et les travaux sur les deux espèces dans les eaux tunisiennes devront se poursuivre.
  • Analyse et modélisation des paramètres d’exploitation des stocks du Bivalve Ruditapes decussatus des côtes Tunisiennes.

    Zamouri-Langar, Nedra (Institut National Agronomique, Tunis (Tunisie)., 2010)
    La palourde Ruditapes decussatus (Linnaeus, 1758) est la seule espèce de bivalve exploitée en milieu naturel sur les côtes tunisiennes. Au cours de ces dernières années, l’exploitation artisanale de cette espèce a connu des fluctuations et depuis l’année 1996 sa production a beaucoup baissé. Comme on ne dispose pas jusqu’à ce travail que peu d'éléments pour l'analyse des pêcheries de palourdes en Tunisie, cette étude a donc pour objectif de pallier à cette lacune et de proposer quelques mesures d'aménagement souhaitables pour tendre vers une exploitation cohérente des stocks en cette espèce. Le recours à la science de la dynamique des populations exploitées a été adopté. Cette science exige certains paramètres biologiques, ainsi des études de la reproduction, de la taille de première maturité sexuelle, de la morphométrie et de la croissance de la palourde ont été entreprises. Le cycle sexuel de R. decussatus et les modalités de ponte ont été définis dans trois zones d’étude, le canal de Tunis, la lagune nord de Tunis et Zaraat. Dans l’étude des caractéristiques morphologiques, nous avons d’abord déterminé les relations de croissance pondérale puis linéaire de la palourde dans ces trois zones. Nous avons rassemblé les mesures faits à différentes périodes de l’année et les sexes ont été distingués et comparés, puis regroupés. Ensuite, moyennant des analyses univariées et multivariées, on a comparé les paramètres biométriques de la palourde vivant dans différentes régions du littoral tunisien. Cette croissance relative chez les palourdes des côtes tunisiennes est variable d’une part, suivant les relations et les indices considérés et d’autre part suivant les régions examinées. La croissance en âge a été étudiée au moyen de la lecture des stries des coquilles provenant de la région de Tunis. Cette étude a permis de donner des informations précieuses sur la croissance en âge de la palourde à Tunis et sur les paramètres du modèle de Von Bertalanffy. L’étude des stocks de palourde des côtes tunisiennes a été abordée par l’utilisation de deux méthodes, il s’agit des modèles globaux (Schaefer et de Fox) et l’«évaluation directe ». La confrontation des résultats de ces deux méthodes a montré que ces deux dernières se complètent dans la région du golfe de Gabès et elles sont très différentes dans la région de Tunis. Dans tous les cas, le regard de ce premier diagnostic des pêcheries de palourdes en Tunisie, nous a incités à recommander de ne pas s’éloigner d’une production de 700 tonnes par an, pour que le stock en cette espèce ne soit pas détruit.
  • Cartographie et analyse des variations spatio-temporelles du phytoplancton du golfe de Gabes au cours des dix ans de surveillance.

    Feki, Wafa (Faculté des Sciences, Sfax (Tunisie), 2006)
    Monitoring of toxic phytoplankton in gulf of Gabes is lunched since 10 years ago and has generated a considerable bank of data. That permit to us to understand many interactions between species in this community but we hope to be able to construct of the model of management of shellfish exploitation. To succeed to this goal, these data had to be treated, analyze bio statistically and must be showed in simple and questionable configuration which we have defined in present work. Data base lodged in Web site has been rectified, arranged and then exported towards Accesses. That extrapolation permits us to carry out the statistical analyses (ACP, AFC, and ANOVA) and to formulate the correlations between the different parameters selected. For the cartography we had recourse to ARC GIS and ARC VIEW to obtain the demonstratives form of the fluctuations of some species. In Gabes gulf, 5 regions could be individualised but a great number of production area are regrouped in a same pole, denoting of low ecological variability between different coasts. Phytoplankton in gulf seems be also conditioned by climatic periods.
  • Identification et caractérisation des polymères extracellulaires de la cyanobactérie Arthrospira platensis Compère (1968).

    Trabelsi, Lamia (Institut Supérieur de biotechnologie de Monastir, 2009)
    Dans le cadre de ce travail, trois parties sont abordées: La première partie concerne la mise en évidence et la quantification de certaines activités biologiques des métabolites extracellulaires de la cyanobactérie Arthrospira platensis. Nous testons leur effet cytotoxique sur des cellules Caco 2 et Véro, leur pouvoir antibactérien sur trois bactéries Gram positives et trois bactéries Gram négatives et leur pouvoir stimulateur de la division cellulaire sur des cellules algales. Nous évaluons dans un second temps la variation de ces trois activités biologiques en fonction de l’âge de la culture de la cyanobactérie Arthrospira platensis. La deuxième partie de ce travail s’intéresse à l’effet combiné de la température et de l’intensité lumineuse sur la croissance d’Arthrospira platensis et ainsi que sur la production des substances polymériques extracellulaires (EPS). Cette étude est effectuée moyennant la technique des plans d’expériences. Nous avons optimisé les conditions de production des EPS. La troisième partie de ce travail, concerne la caractérisation partielle des polymères extracellulaires moyennant des dosages colorimétriques, des analyses spectrophotométriques, (spectre UV-visible et infrarouge) et des analyses chromatographiques (CPG).
  • Etude de la dynamique dans la Méditerranée Centrale.

    Ben Ismail, Sana (Faculté des sciences de Tunis, Tunisie, 2014)
    Les masses d’eau de la Méditerranée Centrale, ainsi que leur dynamique, jouent un rôle essentiel dans la circulation côtière tunisienne, mais également dans la circulation générale de la Mere Méditerranée toute entière. La région du Canal Siculo-Tunisien, notamment la partie sud, est une région où la circulation océanique n’est pas encore bien décrite car elle est peu ou mal observée en comparaison de sa forte variabilité à fine échelle. Cette thèse apporte de nouveaux éléments sur la circulation générale et les masses d’eau de cette région océanique à l’échelle synoptique et saisonnière. Notamment, plusieurs campagnes océanographiques ont été réalisées entre 2003 et 2009. L’analyse des observations recueillies a été menée conjointement avec celle de simulations numériques à haute résolution permettant de simuler les structures dites de mésoéchelles en Méditerranée, typiquement les courants de bord et certains tourbillons (structures océaniques de taille de l’ordre de 50km). Trois résultats importants ont été trouvés par rapport au schéma actuel de la circulation de la Méditerranée Centrale. Ce dernier peut être schématisé par un modèle à deux couches, avec l’eau atlantique (Atlantic Water, AW) qui entre en surface dans la Méditerranée Orientale et l’eau levantine intermédiaire (Levantine Intermediate Water, LIW) qui circule sur le seuil du canal vers la Méditerranée Occidentale. La branche d’AW se divise en deux branches, le courant atlantique-tunisien (Atlantic-Tunisian Current, ATC) au sud du canal et le Courant Atlatique Ionien (Atlantic-Ionain Stream, AIS) au nord du canal. L’ATC est plus présent en hiver et l’AIS en été. L’ATC suivrait préférentiellement l’isobathe 200m. Le premier résultat concerne la mise en évidence de deux nouvelles masses d’eau à une profondeur intermédiaire, l’eau d’hiver/d’Ouest intermédiaire de la Méditerranée Occidentale (Winter/Western Intermediate Water, WIW) et l’eau ionienne (Ionian Water, IW), circulant entre l’AWet la LIW et caractérisées par une forte variabilité interannuelle. Différentes situations sont ainsi exposées concernant leur source et leur dispersion. Le second résultat concerne la circulation de la LIW le long des côtes tunisiennes. Le suivi de ses caractéristiques thermohalines depuis 1995 montre les différentes périodes d’augmentation de son contenu halin. Les transports volumiques issus des courants géostrophiques, des mouillages profonds et des simulations sont en bon accord. Le troisième résultat, basé sur l’analyse des distributions des minima de salinité, montre que l’AW circule à la fois sur le plateau et le long de l’isobathe 100m vers le sud le long du Golfe de Hammamet et du Golfe de Gabès. Ainsi, sur le plateau continental, un courant très énergétique présente une très forte variabilité à moyenne échelle. Nous l’avons appelé le courant côtier tunisien (Tunisian Coastal Current, TCC). En hiver, il s’étend du Cap Bon à Ras Capudia sur le plateau du Golfe de Hammamet. Au niveau du Golfe de Gabès, l’ATC se sépare en deux branches, l’une continue vers le sud en longeant l’isobathe 100m, et l’autre dévie vers l’intérieur du bassin.
  • Contribution de l’étude sédimentologique au suivi du vecteur de transport hydrosédimentaire dans la lagune de Bizerte.

    Douss, Nessim (Ecole Nationale d’Ingénieurs, Sfax (Tunisie), 2017)
    Cette étude a pour but l’établissement d’un schéma conceptuel du transport hydrosédimentaire afin de suivre l’effet humain et naturel sur le système environnemental lagunaire. La méthodologie est basée sur une étude sédimentologique associée à l’analyse des vecteurs du transport selon le modèle STA (Sunamura et Horikawa, 1971) afin d’actualiser la distribution granulométrique des sédiments sous-marins pour mieux comprendre leur relation avec l’hydrodynamisme de la lagune. Une étude paléontologique a permis d’identifier les changements microfaunistiques liés aux propriétés de la lagune. Le modèle de transport de sédiments appliqué aux indices granulométriques (Mz, tri et SKI) révèle une dispersion préférentielle des sédiments le long de la côte qui converge ensuite vers le centre de la lagune, très similaire à la circulation des eaux de surfaces.
  • Caractérisation des sédiments de dragage marins: Cas du port de Kalâat Andalous (golfe de Tunis, Tunisie).

    Ouertani, Wiem (Faculté des sciences de Tunis, Tunisie, 2017)
    Le but principal de cette étude est la caractérisation des sédiments de dragage marins, dragués de la partie centrale du port de pêche de Kalâat El Andalous (la baie ouest du Golfe de Tunis, la vallée de Oued Medjerda) et déposés hors du port tout près du canal d’entrée. L’objectif est de vérifier si les sédiments sont contaminés par des polluants organiques ou inorganiques. Les sédiments ont été collectés en Mars 2016, durant l’opération de dragage et ont été soumis à des études sédimentologiques, minéralogiques et géochimiques. Les principaux résultats obtenus de cette étude ont été groupés selon ces points suivants : 1. Les sédiments montrent une distribution granulométrique ayant les caractéristiques suivant : a. La fraction granulométrique majoritaire qui compose les sédiments dragués est fine (<63 μm), comptant plus que 75% et pouvant toucher des valeurs plus que 90%. b. La fraction fine majoritaire est dominée par des silts qui atteignent plus que 85% alors que la fraction argileuse est inférieure à 18%. c. D’autre part, la fraction sableuse à une valeur inférieure à 25% de la totalité du sédiment et montre une distribution granulométrique variant de 125 à 250 μm (Md= 140 μm, Mz= 2.75), indiquant la présence des grains fins bien classés. 2. Les sédiments montrent une distribution granulométrique ayant les caractéristiques suivant : a. La fraction granulométrique majoritaire qui compose les sédiments dragués est fine (<63 μm), comptant plus que 75% et pouvant toucher des valeurs plus que 90%. b. La fraction fine majoritaire est dominée par des silts qui atteignent plus que 85% alors que la fraction argileuse est inférieure à 18%. c. D’autre part, la fraction sableuse à une valeur inférieure à 25% de la totalité du sédiment et montre une distribution granulométrique variant de 125 à 250 μm (Md= 140 μm, Mz= 2.75), indiquant la présence des grains fins bien classés. 2. Les sédiments montrent aussi une composition minéralogique et géochimique spécifique : a. La composition minéralogique des sédiments déterminée par la diffraction des rayons X est dominée par la présence du quartz, calcite, feldspath et dolomite alors que les minéraux argileux représentent une fraction subordonnée. Cette dernière est composée principalement de kaolinite, smectites et illite. b. La composition géochimique des sédiments confirme la composition minéralogique et montre que le silicium et le calcium représentent les éléments majoritaires dans le sédiment, attestant alors que les carbonates et les silicates sont les minéraux dominants dans la composition des sédiments. c. Les éléments traces métalliques (Cr, Cu, Pb, Zn, Ni, Cd) sont présents à des pourcentages relativement faibles attestant que le sédiment est modérément contaminé par ces polluants à l’exception du cadmium qui a une valeur relativement haute (2.85 ppm) au sein des sédiments draguées. d. Les sédiments sont relativement enrichis par la matière organique avec un COT de valeur de 1,30 %. La matière organique couplée aux composés soufrés est responsable de la couleur foncée noires des sédiments, aussi bien que leur odeur spécifique. Ces caractéristiques analytiques attestent que la composition des sédiments dragués du port de Kalâat El Andalous sont dominés par de silts et de la matière argileuse boueuse, noire en couleur et relativement riche en matière organique et en composés soufrés. Toutefois les sédiments sont trouvés modérément contaminés par les polluants organiques et inorganiques à l’exception du cadmium, qui est présent à des valeurs élevée, dépassant les seuils réglementaires relatifs au matériau de dragage.
  • Approche SIG pour l'étude morphodynamique côtière en relation avec les processus hydro-sédimentaires au niveau du Golfe de Hammamet.

    Hzami, Abderraouf (Faculté des sciences de Bizerte, 2015)
    Vue le développement urbain et touristique immense dans le golfe de Hammamet ,l’érosion et la sédimentation spatio-temporelle sont en déséquilibre constant. L’objectif principal de ce mémoire est d’étudier le secteur côtier du Golfe de Hammamet entre la région Mâamoura au Nord et Hergla au Sud. L’application du Systèmes d’Information Géographique (SIG), c’est à dire des systèmes informatiques capables de regrouper, organiser, gérer des données géographiques diverses et la a télédétection à partir des traitements des images satellitaires montre une évolution spatio-temporelle de l’occupation du sol entre 1987 et 2014 ainsi qu’un recul spectaculaire du trait de côte pendant 13 ans (2001-2014). L’étude sédimentologique des sédiments du Golfe de Hammamet montre que la majorité des sédiments sont homogènes, unimodaux, de taille moyenne et sont bien à très bien classés. L’analyse granulométrique a conduit à interpréter la structure dimensionnelle des sables de l’avant-côte du Golfe de Hammamet. L’étude morphodynamique montre que les plages du Golfe de Hammamet sont de type intermédiaire.
  • Biologie, dynamique des populations et gestion des pêcheries de la crevette royale: Penaeus kerathurus (Forskål, 1775) en Tunisie.

    Jaziri, Hela (Institut National Agronomique de Tunisie (INAT), 2017)
    Parmi les crustacés, La crevette caramote ou crevette royale, objet de cette étude, est une espèce à haute valeur économique en Méditerranée. La Tunisie est considérée comme le premier exploitant de cette espèce. Notre étude vise à déterminer une revue complète des aspects biologiques de l’espèce afin d’améliorer la précision des paramètres biologiques qui vont nous servir comme base pour l’évaluation du stock tout le long des côtes tunisiennes. L’étude de la modalité de reproduction de la crevette royale en Tunisie nous a été utile pour comprendre la stratégie de reproduction pour cette espèce dans la région Nord-Est. En effet, ce travail a montré que la période de ponte pour Penaeus kerathurus dans cette région de la Tunisie s’étale du mois d’avril jusqu’au mois d’août. Aussi, nous avons constaté l’augmentation du facteur de condition durant cette période, ce qui induit que l’allocation de l’énergie est dévouée principalement à la croissance corporelle. Les études de maturité des femelles sont obtenues grâce à l’utilisation des deux méthodes macroscopique et histologique et ont montré que la période de ponte se situe entre la fin du printemps et le début de l’été avec un pic au mois de juillet.La comparaison des estimations de la taille de première maturité sexuelle a confirmé l’importance de l’examen microscopique pour l’obtention d’ogives plus précises. Cette taille est de 15,97 cm pour la longueur totale et de 3,66 pour la longueur céphalothoracique. Afin de déterminer les paramètres de croissance, nous avons opté pour l’utilisation de la méthode basée sur la décomposition modale des structures en taille, et ceci en utilisant deux méthodes de décomposition modale, à savoir Bhattacharya et NORMSEP. Cette étude nous a permis d’estimer ces paramètres et de constater que la croissance des mâles est plus rapide que celle des femelles et que la température affecte significativement le taux de croissance et la mortalité naturelle. L’étude dynamique des deux stocks de la crevette royale en Tunisie a été approchée aussi bien par les modèles globaux (les modèles globaux équilibrés et non équilibrés) qu’analytiques. L’évaluation par les modèles globaux du stock Nord-Est de la crevette sur une période de 17 ans, allant de 1995 à 2011, a montré que le stock est proche de son optimum d’exploitation et ceci selon les modèles globaux équilibrés et non équilibrés. En outre, l’introduction d’un paramètre climatique dans les modèles globaux nous a permis de comprendre le comportement de la crevette dans son milieu et de tirer des conclusions intéressantes pour la pêche de celle-ci. En effet, durant la saison chaude, l’espèce se dirige vers le large pour , d’où l'animal devient moins vulnérable au filet trémail bien qu’il soit présent dans la zone de pêche et par conséquent, la capturabilité diminue avec l'augmentation de la SST. Pour la gestion de stock de Penaeus kerathurus au golfe de Gabès nous avons utilisé les modèles globaux et avons constaté que le stock était légèrement sous-exploité de 2005 à 2009 et pleinement exploité de 2011 à 2013. Les évaluations par les modèles analytiques ont montré que les deux stocks sont pleinement exploités. Ceci confirme les résultats trouvés par les modèles globaux. Plusieurs scenarii de gestion ont été testés. Nous avons constaté qu’une diminution de 50% d'effort engendrerait une baisse de production de 7 % et de 6 % pour le stock Nord-Est et le stock Sud respectivement. En revanche, l’augmentation de 50 % de l'effort de pêche actuel entraînerait, à long terme, une perte de production annuelle ; cette perte étant de 6 % pour le stock Nord-Est et de 3 % pour le stock Sud. D’où nous suggèrons le maintien de l’effort actuel pour les deux stocks étudiés. Parmi les scénarios testés dans le golfe de Gabès, nous citons l’ouverture ou la fermeture des campagnes ainsi que l’augmentation combinée de l’effort de pêche et du maillage des chaluts. Les résultats montrent une augmentation de la production durant la campagne d’été par rapport à celle d’automne et que cette augmentation est plus importante lorsque la maille est de 22 mm. En conséquence, nous suggérons l’augmentation du maillage et le maintien de la campagne estivale pour l’exploitation de la crevette royale dans le golfe de Gabès.
  • Etude de la qualité des sédiments de la lagune côtière de Kalaât Andalous (golfe de Tunis) : impact sur l’écosystème marin.

    Khsiba, Samia (Faculté des sciences de Tunis, 2018)
    Lagoon ecosystems have a major component in the balance of coastal wetlands. These systems, which were heavily relied on by port activities, experienced a disruption of their dynamic. The objective of this study is the qualitative characterization of the sediments at Kalaât Andalous harbor lagoon. The investigations were based on the study of the sedimentological facies (Grain size indexes, Folk and ward, 1957), a floristic (EXCLAME) and faunistic identification. Preliminary results showed that sediments are predominantly silty (70%). The mean grain size D50 ranges from 3,395 μm (P6) to 20,975 μm (P8) with a logarithmic facies indicating an excess load deposition zone, following a decrease in transport agent skill (El Arrim, 1996) . The sandy sediments are unimodal (100%) with modes ranging from 160 μm to 200 μm. The sandy distribution is characterized by a fine sand (MZ = 2, 03 Φ to 2.96 Φ; Md 0.15 mm to 0.24 mm), which is predominantly well sorted (σ = 0.28 Φ, 0.39 Φ).KI indexe shows fine sands, asymmetric both towards fine sands (positively skewed) (P 12 – p13) and towards coarse sand (P14).The spatial representation of the lagoon sediments shows that the silty facies predominate the central area (quay) of the harbor. The sandy sediments line both at the inner side of the northern sandy spit of the Foum El Oued (P10, P12) and its southern side (P13 and P14)². The lagoon floristic investigation reveals the presence of 21 species, with the dominance of green algae (52.38 %). In addition, 6 reference species detected with the presence of Cymodocea nodosa at all radials. According to the ratio between reference Species number and RS, the radial 3 located southward of the lido channel, is the least eutrophic radial with a ratio equal to 0.66 (3 reference species, RS = 5). The microorganisms harvested and identified correspond essentially to benthic forminifiera of genus; Ammonia, Elphidium, Uvigirina, Rosalina, Quinqueloculina , Triloculina, Spiriculina, Plantonoc Foraminifera (Globigerina and Orbulina ), ostracods (Smooth and crosslinked) , molluscs (Lamellibranchs and gastropods) , Echinoderm (spicules ) and Annelids . The monitoring of the spatial distribution of taxa at the lagoon level is not random and seems to be governed by hydrodynamic regimes and the lagoon circulation patterns. In fact, in the zones of communication with the sea, the benthic microfauna is more diversified in relation to the rest of the lagoon and is formed by genus such as Ammonia , Elphidium , Rosalina and Miliolidae. This microfaunistic association similar to that currently living in the Gulf of Tunis shows a clear marine influence expressed by frequent exchanges allowing a renewal of the lagoon waters. The quite large presence of tertiary planktonic foraminifera (globigerin, orbulina) is indicative of a marked continental terrigenous influence The geochemical study of the sediments shows that they are not contaminated by metallic trace elements (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn) with concentrations below the N1 level (fixed by the GEODE Group of Studies and Observations on Dredging and the Environment). All concentrations of TBT measured at the level of the sediment are low but testify an anthropogenic input and prove the use of this chemical in this region. Assessment of metallic trace elements contamination in macrophyte leaves indicates that the channel area is contaminated by Arsenic and the northeastern area is contaminated by Chrome.
  • Influence des facteurs alimentaires et nutritionnels sur la mise en place des structures digestives et l'expression protéique durant l'ontogenèse larvaire du sandre Sander lucioperca (Percidae; Linné, 1758).

    Hamza, Neila (Université de Namur, Belgique, 2008)
    Le sandre est une espèce très intéressante du point de vue de l’aquaculture, de par sa forte croissance, la qualité de sa chair et sa valeur commerciale. Cette espèce a ainsi été introduite dans plusieurs pays en Europe et en Afrique du Nord, notamment en Tunisie dans un but de repeuplement des retenues de barrage et lacs collinaires. Pour assurer une production intensive d’alevins, il est indispensable d’optimiser les aspects alimentaires et nutritionnels, méconnus pour les larves de cette espèce. Notre étude s’est basée sur ces critères et leurs effets sur les possibilités de sevrage des larves de sandre, et l’effet de certains nutriments, tels que les phospholipides, sur leur développement et le métabolisme. Les approches zootechnique, histologique et enzymatique ont révélé que le sevrage des larves de sandre est possible dès que la larve atteint un poids de 3 mg, et même plus tôt si l’aliment est adéquat. Les structures digestives sont fonctionnelles (sauf l’estomac) et les activités enzymatiques (pancréatiques et intestinales) sont présentes avant l’ouverture de la bouche et modulées en fonction de l’aliment. Les capacités digestives ne semblent pas être un facteur limitant pour la digestion d’un aliment artificiel. Les larves ont besoin d’un taux élevé de phospholipides dans l’aliment (au moins 9,5%) pour leur développement (croissance et maturation des entérocytes) Il apparaît qu’elles ont la capacité d’élonguer et désaturer les acides gras en C18 (linoléique et linolénique) et qu’un taux de 1,25% (M.S.) de 20:5n-3+22:6n-3 dans l’aliment est suffisant pour assurer une bonne croissance. L’approche protéomique a permis de mettre en évidence des changements significatifs au niveau du profil d’expression protéique du foie des larves de sandre. La technique du 2DDIGE (Differential Ingel Electrophoresis) a permis de révéler cinquante six protéines dont l’expression est significativement altérée sous l’effet du taux de PL. Parmi elles, 23 protéines ont été extraites du gel, dont 12 ont été identifiées par spectrométrie de masse. Il apparaît que le taux le plus élévé de phospholipides dans l’aliment induit la sousexpression des enzymes de la glycolyse (aldolase B) et la sur-expression de celles de la néoglucogenèse (pyruvate carboxylase et propionyl CoA carboxylase) dans le foie des larves de sandre. Ceci pourrait être expliqué par le fait que les larves à plus forte croissance investissent plus d’énergie dans la synthèse protéique que dans le métabolisme. Le métabolisme de la méthionine (methionine adenosyl transferase et sarcosine dehydrogenase) est également activé dans les larves PL9 du fait d’un anabolisme et catabolisme plus élevé de cet acide aminé. La glutahione S transferase, dont l’expression est significativement sur-exprimée dans les larves PL1, jouerait, dans ce cas, son rôle dans la synthèse des prostaglandines plutôt que son rôle antioxydant. La sur-expression de l’HSP9 (heat shock protein) dans les plus petites larves (PL1) pourrait également être induite par les prostaglandines. Enfin, le plus fort taux de PL induit également la surexpresion de la vinculin, enzyme de structure permettant l’adhésion cellulaire. Cette étude pluridisciplinaire a permis d’aborder l’influence des facteurs alimentaires et nutritionnels à différents niveaux de l’ontogenèse larvaire: de la mise en place des structures et des activités digestives ainsi que sur divers processus cellulaires. Ce travail contribue au développement de l’élevage du sandre et permet d’établir des stratégies alimentaires en se basant sur des critères ontogénétiques et physiologiques.
  • Analyse de la migration catadrome de l'anguille européenne <Anguilla anguilla> (L. 1758) dans les lagunes septentrionales de Tunisie : caractéristiques et état de santé des individus, quantification du phénomène.

    Derouiche, Emna (Faculté des Sciences de Tunis, 2016)
    La présente étude s'est intéressée à l'analyse de la migration catadrome de l'anguille européenne Anguilla anguilla dans trois lagunes septentrionales tunisiennes : le lac nord de Tunis, la lagune de Ghar El Melh et le lac Ichkeul. L'analyse des paramètres morpho-anatomiques des anguilles argentées des milieux considérés nous a permis de mettre en évidence des dissemblances entre les sexes et entre les trois sous-populations étudiées. Globalement, les résultats montrent que les femelles étaient plus âgées, plus grandes, plus lourdes, avec un IO, un Inp et un RGS plus élevés que les mâles, qui ont en revanche un RIS et un RHS plus importants. Les fractions de populations tunisiennes étudiées adoptent des stratégies différentes lors de la migration. Bénéficiant d'une forte croissance, le turn-over est relativement rapide pour les anguilles argentées de Ghar el Melh qui partent à une petite taille et à jeune âge. En revanche, les anguilles de l'Ichkeul et du lac nord de Tunis maximisent leurs tailles en allongeant leur phase de croissance. La comparaison de nos résultats avec la littérature disponible montre que les anguilles argentées tunisiennes sont parmi les plus petites et les plus jeunes à rejoindre la mer des Sargasses. En effet, nos résultats confirment que la métamorphose s'effectue selon un gradient nord-sud des plus âgées aux plus jeunes, et un gradient ouest-est des plus petites aux plus grandes. La caractérisation biochimique des fractions migratrices de l'anguille européenne dans les trois sites concernés montre, qu'au moment de l'argenture, les réserves lipidiques de ces poissons sont stockées d'abord au niveau des gonades, ensuite dans le muscle et enfin au niveau du foie. Ce stockage important des lipides dans les gonades servira sans doute à la maturation ; alors que les réserves stockées au niveau du muscle et du foie serviront à la production d'énergie nécessaire à la migration transocéanique. Par ailleurs, le taux de lipides musculaires chez les anguilles du lac de Tunis est moins important que chez ses congénères des deux autres lagunes, et se situe en dessous du seuil recommandé pour une migration réussie jusqu'à l'aire de ponte. Une expérience de marquage-recapture nous a permis d'estimer le nombre d'anguilles argentées à l'Ichkeul. Il a été évalué à 342 221 individus, correspondant à une biomasse de 200,2 Tonnes, avec une densité de 23,55 kg/ha. Le taux d'exploitation par la pêche commerciale a été estimé à 18,8%, ce qui se traduit par un taux d'échappement de 81,2%. Le ratio échappement actuel/biomasse pristine était de 0,69 pour toute la période de migration. Ainsi, le lac Ichkeul contribue de manière significative au renouvellement du stock d'anguilles avec quelques 277 883 géniteurs potentiels réussissant à s'échapper de cet hydrosystème au cours de la dévalaison hivernale, et 424 840 pour l'ensemble de la saison de migration en 2013-2014. L'étude consacrée à l'évaluation de l'état de santé des trois fractions de population montre que celui-ci est fortement préoccupant, ce qui pourrait compromettre la réussite de leur migration de reproduction. En effet, l'application du « Code Pathologies » a révélé que 59% des anguilles quittant la lagune de Ghar El Melh sont touchées par des anomalies morpho-anatomiques potentiellement pathogènes avec certains cas de forte sévérité. De plus, l'analyse des teneurs de quelques métaux traces montre que le Cadmium pourrait être responsable du taux de lipides musculaires significativement inférieur chez les anguilles du lac de Tunis, et pourrait expliquer, avec le Cuivre, la fréquence des anomalies morpho-anatomiques chez les anguilles de Ghar El Melh et du lac nord de Tunis. Enfin, l'identification de la faune parasitaire des anguilles argentées a permis de recenser 8 espèces de parasites. La richesse spécifique est différente en fonction de la salinité du milieu, avec 3 espèces communes ayant une origine marine ou saumâtre (Derpristis inflata, Bucephalus anguillae) ou généralistes vis-à-vis de la salinité (larves de Contracoecum sp.) et d'autres espèces uniquement retrouvées à l'Ichkeul où la salinité est faible : Proteocephalus macrocephalus, Anguillicola crassus et Pseudodactylogyrus anguillae. Par ailleurs, un seul spécimen de sangsue a été retrouvé à Ghar El Melh, Batracobdella algira. Ainsi, les anguilles argentées de l'Ichkeul sont les plus touchées par le parasitisme avec deux espèces hautement pathogènes (Anguillicola crassus et Pseudodactylogyrus anguillae). Au moins 25% d'entre elles ne pourront pas effectuer leur migration de reproduction. Les anguilles argentées de la lagune de Ghar El Melh sont affectées, à un degré moindre par le parasitisme ; mais leur migration catadrome reste compromise à cause de la fréquence des anomalies morpho-anatomiques. Enfin, la fraction de population du lac de Tunis aura probablement du mal à rejoindre les frayères dans de bonnes conditions en raison du manque de réserves énergétiques.
  • Etude des fractions de populations d'anguille (Anguilla anguilla, L.1758) dans quelques hydrosystèmes tunisiens: croissance, migration, production et infestation par (Anguillicoloides crassus).

    Hizem Habbechi, Besma (Faculté des Sciences de Tunis, 2014)
    Cette étude a pour objectif de préciser l’écobiologie de l’anguille européenne (Anguilla anguilla) dans certains hydrosystèmes tunisiens représentatifs. Elle s’intéresse à 2 sites principaux, les plus colonisés par cette espèce : la lagune de Ghar El Melh et le complexe Tinja-Ichkeul et 2 autres sites complémentaires : lagune de Bizerte et embouchure de l’oued Mejerdah à Kalâat El Andalous. Elle traite de façon approfondie : les phénomènes de recrutement des civelles et d’échappement des anguilles argentées, l’analyse de la croissance dans les sites choisis, l’examen de l’infestation des différentes populations par le parasite Anguillicoloides crassus, elle fait également le point sur la pression halieutique exercée sur l’espèce dans le monde et particulièrement en Tunisie. Notre travail a montré que le recrutement des juvéniles au niveau de l’oued Mejerdah se fait plus tôt qu’au niveau du lac Ichkeul. Dans la région méditerranéenne, ce recrutement se fait plus tôt sur les côtes européennes et marocaines que sur les côtes tunisiennes. L’étude de la relation longueur-masse et du coefficient k caractérisent une meilleure condition pour les civelles et anguillettes du lac Ichkeul par rapport à celles de l’oued Mejerdah. Concernant les subadultes et pour tous les sites, les anguilles mâles migrent plus tôt (en automne) que les femelles (en hiver) et la maturation sexuelle des mâles, qui est plus précoce, provoque un ralentissement de la croissance. Ce phénomène est plus tardif chez les anguilles femelles. Pour les deux sexes, les stades de maturation des anguilles du lac Ichkeul sont plus développés que celle des anguilles de la lagune de Ghar El Melh puisque K, IO, INP et RGS sont plus importants et le RIS est plus faible. Les anguilles de la lagune de Ghar El Melh (eaux salées) migrent plus vite et plus tôt que celles du lac Ichkeul (eaux douces) qui ont une migration plus étendue dans le temps et retardée. Au niveau de l’aire de répartition de l’espèce, les anguilles migrent plus tôt dans le nord que dans le sud compte tenu du plus ou moins grand éloignement de l’aire de reproduction. Elles doivent en effet atteindre la mer des sargasses durant la même période. D’autre part, nous avons montré que la croissance (linéaire et pondérale) des anguilles femelles est plus rapide que celle des anguilles mâles. Pour la majorité des anguilles tunisiennes l’allométrie est majorante. La croissance linéaire des anguilles est plus importante dans les eaux saumâtres (Ghar El Melh) que dans les eaux douces (Ichkeul). La croissance des anguilles sud-méditerranéennes est plus rapide que celle des anguilles du nord de l’Europe. La fraction de population des anguilles vivant dans les eaux douces ont une croissance lente, leur maturation atteint un stade plus développé et leur départ est tardif par rapport à celle des anguilles vivant dans les eaux saumâtres ou salées. Pour les anguilles peuplant les milieux saumâtres, la croissance est rapide et l’argenture est accélérée. Cependant les stades de développement des anguilles de ces milieux sont moins importants que ceux atteint par les anguilles argentées peuplant les eaux douces et la migration se fait à un âge moins important. Dans un autre domaine, les niveaux d’infestation des anguilles par le nématode Anguillicoloides crassus semble être liés principalement à la salinité du milieu, les anguilles vivant dans les eaux douces étant plus infestées. Les individus les plus parasités sont les anguilles du stade indifférencié et des stades dévalants et prédévalants. L’infestation est plus importante en été et/ou en hiver. Le parasite n’a pas d’influence sur L, M, K ni sur les RGS, RHS, RIS des anguilles, en comparant le même nombre d’anguilles parasitées et non parasitées. La méthode que nous avons mis au point doit être adoptée pour ce type de comparaison pour éviter l’influence des différences de nombre et de taille des anguilles échantillonnées. L’infestation des fractions de populations d’anguille au Nord de l’Afrique est relativement récente par rapport à celles de l’Europe. Les prévalences atteintes chez les anguilles peuplant les eaux tunisiennes, marocaines et algériennes sont encore plus faibles que celles des anguilles peuplant les eaux des pays de l’ouest, du nord et du sud de l’Europe. Enfin, la capture de toutes les espèces d’anguilles dans le monde a connu une baisse spectaculaire au cours des dernières décennies ceci est dû principalement à la surexploitation et à la dégradation de l’environnement. C’est le cas également pour la Tunisie. Ceci nécessite la mise en place d’une gestion rationnelle de cette ressource partagée et le développement de son alevinage.
  • Recherches sur l’éco-biologie de l’Artémia (Artemia salina) de la saline de Sahline et effet des principaux facteurs externes sur sa survie en vue de maîtriser son élevage.

    Trigui, Khalil (Faculté des Sciences de Bizerte (Tunisia), 2017)
    Dans ce travail, nous avons étudié dans une première partie l’éco-biologie de l’Artémia (A.salina) de la saline de Sahline pendant un cycle annuel. Il s’agit de déterminer les corrélations entre les facteurs du milieu et quelques éléments de biologie de ce crustacé. Les résultats obtenus ont montré que les paramètres du milieu affectent la biologie de l’Artémia. Ainsi, nous avons obtenu une abondance maximale au mois de mai (550 ± 2,16 ind/l) avec la présence de tous les stades de développement à des pourcentages saisonniers variables. La population d’Artémia de la saline de Sahline est bisexuée avec une reproduction ovovivipare au début et ovipare à la fin du cycle. Nous avons enregistré aussi une dominance des mâles au début et des femelles à la fin du cycle. Pendant toute la période d’étude, la taille des femelles mâtures est supérieure à celle des mâles. La fécondité obtenue s’est traduite par une production importante des cystes par rapport aux nauplii. Une corrélation négative avec un effet très significatif a été déduite entre les facteurs du milieu (température et salinité) et la production des nauplii (ovoviviparité) contrairement avec l’oxygène dissous. Dans la deuxième partie de notre travail consacré à la maitrise de l’élevage de l’Artémia ; nous avons testé l’effet de cinq facteurs externes (température, salinité, oxygène dissous, intensité lumineuse et aliment) sur la survie de ce crustacé. Les résultats enregistrés ont montré que le taux de survie de l’Artémia a été affecté par les différents facteurs étudiés. Ainsi, l’Artémia présente une fourchette de température optimale comprise entre 25 et 27°C avec un taux de survie allant de 84 à 88%. La salinité optimale est de l’ordre de 37 psu avec un taux de survie égal à 62,22 ± 0,23% mais nous signalons aussi que l’Artémia a pu survivre et supporter la salinité de l’eau douce (0 psu). La concentration optimale d’oxygène dissous est de 7mg/l avec un taux de survie égal à 87,11 ± 0,04%. Une intensité lumineuse optimale de 10 lux a donné un taux de survie égal à 85,33 ± 0,01%. Les résultats ont montré aussi que la micro-algue préférée par l’Artémia est Dunaliella salina avec un taux de survie maximum de l’ordre de 80 ± 0,15%. Il existe un effet significatif pour tous les paramètres expérimentés sur la survie de l’Artémia en élevage mis à part l’aliment.
  • Biologie, dynamique des populations et gestion des pecheries du merlu Merluccius merluccius (Rafinesque, 1810) en Tunisie

    Khoufi, Widien (Institut National Agronomique de Tunisie, 2015)
    Les gadiformes occupent une place importante dans les pêcheries mondiales et constituent des espèces très recherchées. Parmi ces gadiformes, le merlu (Merluccius merlucccius ) est l’une des espèces dont la pêche s’est considérablement développée durant les dernières décennies aussi bien dans le monde qu’en Tunisie. En Tunisie, le développement de la pêche de cette espèce a été associé avec celui de la pêche de la chevrette (Parapenaeus longirostris). Ainsi, le merlu est devenu une espèce de choix dans les pêcheries tunisiennes et compte tenu de son importance, de nombreuses études y ont été consacrées. Toutefois, des lacunes importantes persistent encore, particulièrement sur certains aspects biologiques et écologiques de l’espèce ce qui a eu une répercussion directe sur la précision des évaluations du stock et par conséquent sur la gestion de ses pêcheries. L’objectif de cette étude est donc une revue complète des aspects biologiques afin d’améliorer la précision des paramètres biologiques qui vont nous servir comme base pour l’évaluation du stock du merlu et la gestion de ses pêcheries tout le long des côtes tunisiennes. Pour y parvenir, on s’est référé aux connaissances nouvelles acquises sur ces aspects et aux derniers résultats des workshops à l’échelle internationale aussi bien pour la croissance, la reproduction et l’approche dynamique du stock. Les otolithes ont été utilisés dans le présent travail pour estimer les paramètres de croissance. Rappelons que ceux du merlu (Merluccius merluccius) sont connus pour être particulièrement difficiles à interpréter. De ce fait, une étude de validation du premier anneau de croissance a été préalablement réalisée et ce à partir de l’analyse des accroissements journaliers des juvéniles. La validation du premier anneau de croissance et les connaissances issues des études récentes de marquage ont permis de mettre en évidence un modèle de croissance très différent de celui décrit antérieurement pour les côtes tunisiennes. Ce travail montre que l’âge observé précédemment a été surestimé comme c’est le cas dans d’autres zones géographiques (golfes de Lion et de Gascogne). De plus, pour une taille défini, les femelles croient plus vite que les mâles. L’étude de la modalité de reproduction pour le merlu en Tunisie, nous a été utile pour comprendre la stratégie de reproduction pour cette espèce et d’actualiser les paramètres de la reproduction. En effet, ce travail, a montré que la période de ponte pour le merlu du Nord de la Tunisie est étalée tout le long de l’année avec des pics en janvier, en avril et en août en présentant un comportement intermédiaire de reproduction. Ce comportement permet à l’animal d’utiliser deux stratégies à savoir les réserves corporelles (capital) et des proies récemment digérées (income). Les ogives de maturité obtenus avec les deux méthodes macroscopique et histologique montrent des différences significatives entre sexes, et montrent aussi que pendant la principale période de ponte, l'estimation de la taille de première maturité sexuelle est différente de celle estimée en utilisant les données de toute l’année comme période de ponte. Ceci suggère une attention particulière pour l’estimation de cette taille. L’étude dynamique du stock a été approchée aussi bien par les modèles globaux qu’analytiques. Pour l’évaluation des stocks a été réalisée par sexe séparé compte tenu de la différence de croissance et de reproduction observée chez les mâles et les femelles. Cette nouvelle démarche, réalisée pour la première fois en Tunisie et très peu dans le monde, a permis d’apporter de nouveaux résultats et précisions appréciables quant à l’approche dynamique du stock du merlu en Tunisie. Les modèles globaux montrent que le stock du merlu est surexploité et les modèles analytiques confirment cette situation en présentant de nouveaux résultats montrant que l’effort optimal est dépassé de 60 % alors que les approches classiques tout sexe confondu montrent ce niveau à 80 % de l’effort optimal. Par ailleurs, plusieurs scénarios de gestion ont été testés pour avancer un plan d’aménagement des pêcheries de cette espèce. Ainsi, on a procédé à une analyse par métier et les résultats sont présentés globalement et séparément pour chaque compartiment de la flottille (métier). Les options de gestion ont intéressés, en particulier, les modifications de l’effort de pêche, l’accroissement de la taille de première capture et la combinaison des deux variables. Les différents scénarios présentés montrent que l’augmentation de maillage est une option plus encourageante malgré la diminution de l’effort de pêche s’impose actuellement pour diminuer la pression de pêche sur le merlu.
  • Étude Taxonomique et Écophysiologique des dinoflagellés toxiques du Golfe de Gabès: Alexandrium minutum, Prorocentrum lima, Coolia spp. & Ostreopsis ovata.

    Abdennadher, M. (Université de Sfax, Faculté des Sciences, (Tunisie), 2014)
    Cette thèse a pour objectif principal la caractérisation taxonomique, physiologique et écologique d’espèces de dinoflagellés associées à des alertes de toxicité dans le golfe de Gabès à savoir : Alexandrium minutum, Prorocentrum lima, Coolia monotis et Ostreopsis ovata. L’optimisation des conditions de culture des espèces de dinoflagellés et la mise en place d’une phytothèque composée d’une collection de cultures de microalgues toxiques étaient notre priorité dans cette investigation. Une analyse de la base des données REPHY a été effectuée dans le cadre de cette thèse. L’étude taxonomique moyennant la microscopie électronique en transmission et à balayage nous a permis de déceler les importantes caractéristiques morphologiques de distinction pour chaque espèce étudiée à savoir la présence de pore apicale chez A. minutum et l’existence d’une petite taille et d’une plaque hexagonale occupant le centre gauche de l’épithèque chez O. ovata. Pour P. lima, la présence d’un pyrénoide centrale, la forme en V de la zone périfalgellaire avec 8 plaquettes et l’existence des bandes intercalaires ont été démontrées. Les plaques pentagonales 3’ et 7’’ et la plaque 1’oblongue et étroite ont été identifiées chez C. monotis. La caractérisation de deux marqueurs moléculaires, les régions ITS incluant le gène 5.8S et les domaines D1, D2 et D3 de l’ADNr 28S, confirme l’identification morphologique et révèle que les espèces étudiées présentent soit une identité totale soit une forte homologie avec des souches d’origine méditerranéenne et atlantique. L’analyse pigmentaire avec HPLC montre principalement que les souches étudiées possèdent des chloroplastes de type I. Le test de souris appliqué pour certaines souches des espèces étudiées montre qu’elles sont toxiques et que la toxicité présente une variabilité intra spécifique. Chez les espèces étudiées, il a été démontré que la croissance est très variable à l’échelle inter et intra spécifique. L’étude écologique a montré que la prolifération de ces inoflagellés toxiques dans le golfe de Gabès suit un rythme saisonnier, le plus souvent elle est printanière à estivale avec toutefois des pics furtifs en automne. L’analyse de la base de données a permis de révéler que la distribution du nombre d’alertes phytoplanctoniques et biotoxine présentent une variation annuelle et saisonnière selon les zones de collecte de palourdes. Ces deux types d’alerte sont totalement indépendants l’un de l’autre. Différents seuils de toxicité et de temps de séjours ont été identifiés chez les espèces toxiques signalées dans le golfe de Gabes.
  • Etude de la structure génétique des populations de la tortue marine Caretta caretta dans les eaux tunisiennes.

    Said, Kh.; Chaieb, O. (Institut Supérieur de Biotechnologie, Monastir (Tunise), 2013)
    La tortue marine, la caouanne (Caretta caretta), est une espèce en danger d’extinction. Elle est caractérisée par un cycle biologique complexe se basant sur une série de transitions écologiques et géographiques nécessitant des migrations sur de longues distances. En Tunisie, plusieurs études ont été réalisées sur les activités de nidification et les interactions avec les activités de pêche, mais, aucune n’a porté sur l’étude génétique de cette espèce. Dans ce travail, nous nous sommes intéressés à l’analyse génétique de la population nidifiante en Tunisie et des populations des tortues se développant dans les zones néritiques tunisiennes. La population nidifiante a été appréhendée par l’analyse des nouveau-nés échantillonnés durant une période de sept ans sur le principal site de ponte des îles Kuriat (Monastir). Deux approches ont été utilisées : une approche allozymique et une autre moléculaire. Douze systèmes enzymatiques codés par 17 loci ont été analysés parmi lesquels sept se sont révélés polymorphes. D’autre part, l’analyse d’un fragment de 380 pb de la région de contrôle de l’ADN mitochondrial n’a révélé qu’un seul haplotype CC-A2. Le très faible niveau de variabilité génétique enregistré chez cette population par les deux approches, ajouté à sa faible taille, pourraient être les conséquences d’un récent phénomène de dérive génétique consécutive fort probablement, à un goulot d’étranglement. En effet, la pression anthropique exercée depuis quelques dizaines d’années aurait causé une érosion génétique de la population nidifiante des caouannes sur les îles Kuriat. L’étude allozymique a permis, également, de montrer que 50% des nouveau-nés proviennent de la fécondation par aux moins deux mâles. Ce comportement de la paternité multiple jouerait un rôle important dans la diversité génétique de la population nidifiante et dans la pérennité de l’espèce. Par ailleurs, une analyse moléculaire du même fragment de l’ADNmt a été réalisée sur 175 tortues juvéniles et adultes, échouées et capturées accidentellement, durant une période de 6 ans (2004 – 2009). Ces tortues ont été échantillonnées sur tout le littoral tunisien. Sept haplotypes mitochondriaux ont été trouvés et la diversité génétique la plus élevée a été enregistrée chez la population des tortues se développant dans les côtes nord tunisiennes (CNT). Une différence génétique a été enregistrée entre cette population et celle du golfe de Gabès (GGAB), alors qu’aucune différence n’a été trouvée entre ces deux populations et celle du golfe de Hammamet (GHAM). L’analyse des stocks mixtes (ASM) a montré une contribution élevée des tortues d’origine atlantique dans le CNT qui diminue progressivement en allant vers le sud, alors que les proportions des tortues d’origine méditerranéenne étaient plus élevées dans le GGAB et diminuaient dans le sens opposé. L’hydrodynamique et la géomorphologie des milieux seraient les principaux facteurs déterminant la distribution des tortues des deux origines différentes, atlantique et méditerranéenne et le pattern de la variabilité génétique conséquente. En conclusion, cette étude a permis d’une part, de constater un faible niveau de diversité génétique ce qui témoigne de la vulnérabilité de la population nidifiante des caouannes sur les îles Kuriat. D’autre part, nous avons montré que les zones de développement néritiques tunisiennes sont fréquentées par des tortues aussi bien d’origine méditerranéenne qu’atlantique. Les fréquences relatives de ces tortues varient d’une région à une autre et semblent être déterminées principalement par des facteurs abiotiques. Les résultats de la présente étude sont d’un apport considérable pour la compréhension des particularités biologiques et écologiques de cette espèce et devraient être pris en considération dans les futures stratégies de conservation.
  • Etude comparative du développement des larves de poissons élevées en conditions intensives et semi-extensives : Ontogénèse et performances zootechniques

    Zouiten El Abed, D. (Universite de Monastir, Institut Superieur de Biotechnologie de Monastir, 2012)
    Le développement de l’aquaculture repose avant tout sur l’approvisionnement en specimens à élever mais pour la majorité des espèces, le recrutement naturel est insuffisant pour constituer une base d’élevages à grandes échelles. La production aquacole tunisienne est essentiellement piscicole et l’élevage extensif dans les barrages y contribue de façon importante. L'élevage des larves de poissons constitue une étape incontournable pour la production d’alevins destinés à la pisciculture et aux efforts de repeuplement des lacs de barrages et lagunes côtières tunisiennes. Dans cette thèse, des élevages larvaires expérimentaux en mésocosme ainsi que des études comparatives entre les larves élevées avec les techniques intensives et semi-extensives ont été réalisés. La technique d’élevage semi-extensive en mésocosme est considérée comme l’une des techniques d’avenir pour la production d’alevins dans de petites exploitations ou dans le cadre de programme de développement. Elle est réputée pour offrir des conditions d’élevage favorables qui permettent une croissance particulièrement rapide des larves, notamment en condition semi-extensive avec l’utilisation d’aliments larvaires comme compléments trophiques. Néanmoins, peu de travaux ont été réalisés pour évaluer les différences de croissance et de développement entre des larves élevées de façon intensive et semi-extensive. Le principal objectif du présent travail est de réaliser une étude comparative entre les larves élevées avec les techniques intensives et semi-extensives, en utilisant le loup (Dicentrarchus labrax) comme espèce modèle. Une seconde espèce sur laquelle sont concentrés des efforts de recherche pour la diversification de l’aquaculture nationale, à savoir le mulet (Chelon labrosus), a aussi fait l’objet d’expériences. Ceci afin de contribuer à approfondir les connaissances biologiques concernant les stades larvaires de cette espèce et permettre d’établir un protocole simple pour la production d’alevins. Pour ces études, la morphogenèse et la croissance (croissances linéaire et pondérales) ainsi que l’ontogenèse de deux systèmes fonctionnels (le système digestif ainsi que le système immunitaire) ont été pris en considération afin d’évaluer les performances des deux techniques d’élevages étudiées. L’étude comparative des différents paramètres physiologiques des larves en élevage intensif et semiextensif, nous a permis de mettre clairement en évidence de meilleures performances de croissance et une maturation digestive plus précoce en conditions semi-extensive. Ceci est confirmé par l’étude des paramètres physiologiques des deux espèces de poissons, le Loup Dicentrarchus labrax et le Mulet Chelon labrosus. Cela indique clairement la présence de conditions plus favorables pour le développement des larves en élevage semi extensif. De même, l’étude de l’ostéogenèse aboutit à des conclusions similaires en faveur des conditions semi extensives, avec une moindre présence de malformations osseuses. Cependant pour l’étude du système immunitaire aucune différence significative n’est détectée entre les larves élevées en mésocosme et celles élevées en intensif. La technique d’élevage en mésocosme, permettrait une économie substantielle en termes de consommation de proies vivantes sans alterer les performances de croissance et de développement. De plus, le contexte géoclimatique tunisien convient pour l’élevage des larves de loup et du mulet en mésocosme. Ces observations se limitent aux aspects biologiques. Les choix stratégiques restent tributaires des contraintes technico-économiques spécifiques des projets (objectifs de production, capacités d’investissement, conditions géographiques, …).
  • Contribution à l’étude de l’abondance et la distribution spatiale de certaines espèces de bivalves dans la zone estran de la lagune de Bougrara

    Derbali, Abdelkarim (Université de Sfax , Faculté des Sciences de Sfax, 2006)
    Le cardium Cerastoderma glaucum, la fausse clovisse Venerupsis aurea et Loripes lacteus sont des mollusques bivalves très abondants dans toute la zone littorale de la lagune de Bougrara. En vue de valoriser leur exploitation, l’évaluation de la biomasse, la détermination des structures démographiques globales de ces espèces ainsi que la cartographie de leurs abondances ont été entreprises. La méthode générale de l’évaluation des stocks des espèces de coquillage rencontrées dans la lagune se base sur la méthode directe de l’aire balayée. Le principe général de cette méthode repose sur la réalisation, dans un site donné, d’une série d’opérations de prospection et de prélèvement d’échantillons par quadra. D’une manière générale, pour aborder ce type d’opération d’estimation directe, le protocole d’échantillonnage selon des radiales perpendiculaires à la côte reste l’approche la plus appropriée. Pour cette étude, nous avons pu récupérer 254 échantillons provenant de 127 stations reparties selon 34 radiales. Les résultats obtenus montrent que les densités de ces espèces sont très fluctuantes au plan spatial et que la Bhira apparaît comme un milieu de haute productivité biologique des mollusques bivalves. Cette forte production pourrait être attribuée aux conditions environnementales favorables à l’installation de ces espèces, particulièrement, la nature du fond, la présence ou l’absence de phénomènes de marée, la disponibilité de la nourriture ainsi que le mode de vie de chacune de ces espèces. Le cardium Cerastoderma glaucum, espèce eurytherme et euryhaline, colonise la partie nord et nord-est de la lagune avec toutefois des fortes concentrations à proximité de Ras Tarbella et à Guellala. L’abondance totale de cette espèce est estimée à plus de 49 millions individus, alors que la biomasse totale est d’environ 67 tonnes. Par ailleurs, la distribution de l’espèce selon la taille diffère d’une région à l’autre alors que le noyau du stock est principalement constitué d’individus dont la taille varie généralement entre 11 et 16 mm. La fausse palourde Venerupsis aurea, connue par ses exigences bathymétriques plus strictes, est répartie globalement dans tout l’estran de la lagune avec toutefois une forte concentration dans les régions du Nord-Ouest à Sidi Afganisi, à l’Est à Ras Tarbella, au Sud- Est de la lagune à Karboub et au Sud-Ouest à Bougrara. Une biomasse totale de cette espèce a été estimée à 64 tonnes, avec un nombre d’individus qui dépasse 116 millions. En revanche, les tailles de cette espèce se situent généralement entre 4 et 30 mm, avec un noyau constitué de spécimens dont la taille varie entre 10 et 19 mm. Loripes lacteus a une large répartition spatiale dans la zone estran de la lagune avec une biomasse totale de l’ordre de 76 tonnes. Cette répartition est due à la moins exigence de cette espèce aux conditions environnementales du milieu. Son abondance totale est estimée à plus de 185 millions individus. Il est à noter que les tailles de cette espèce ne dépassent guère 20 mm avec un noyau de stock constitué d’individus dont la taille oscille entre 8 et 14 mm.
  • Contribution a l’étude écobiologique et biochimique du crabe "Carcinus aestuarii " dans la région nord de Sfax

    Baklouti Zouari, S (Universite de Sfax, Faculte des Sciences Sfax, 2010)
    The main objective of this work is to study some biological aspects of Carcinus aestuarii Northern Sfax (biometry, reproduction, diet), and biochemical contents (water, protein, minerals, and fat). Analysis of metric characteristics of Carcinus aestuarii allowed us to determine the nature of the allometry between the width and différent parts of the body of the crab. For reproduction study, analysis of monthly changes in the gonadosomatic index (GSI) shows that the spawning period of Carcinus aestuarii North Sfax occurs from October to January. The analysis of monthly variations of the hepatosomatic index (HSI), shows that this species used the hepatic reserved to the maturity of gonads. The analysis of monthly variations of the sex-ratio shows that the females were predominant. Indeed, the sex-ratio is 62.97 for females. The size at which 50% of the population reached maturity was 34.56 and 43.93 mm CW for females and males, respectively. In this study, biochemical analysis in Carcinus aestuarii North Sfax shows a high water content and low fat content. Indeed, the water content is 72.28% was determined by the deshydratation of fresh sample in an oven at 105 ° c for 24 hours. The protein content, determined by the method of Kjeldalh , was 11.88%.The mineral content is 12.45% was determined by the method of calcination of the sample. The fat content is of 1.64%, was determined by the technique of Soxhlet Direct

View more