• Contribution à la maîtrise de la formation d’histamine dans les conserves de sardinelles : cas des Conserveries de Dakar (CONDAK)

      Ka, Momar (Université Cheikh Anta Diop, Institut Universitaire de Pêche et d'Aquaculture (IUPA), 2015-12)
      Le but de cette étude, réalisée aux Conserverie de Dakar (CONDAK), est de proposer des mesures préventives pour une bonne maîtrise de la production d’histamine dans les conserves de sardinelles. Le système de prévention de la formation d’histamine de CONDAK a été évalué. Une étude statistique de l’évolution du taux d’histamine des conserves de sardinelle de 2011 à 2014 à été faite. Les paramètres de qualité ont été étudiés afin d’apprécier la corrélation entre le taux d’histamine de la sardinelle fraîche et sa qualité organoleptique, ainsi que sa température à cœur et pour suivre l’évolution du taux d’histamine de la matière première au produit fini. L’évaluation du système préventif de CONDAK a révélé un certain nombre de défaillances, notamment la non maîtrise des exigences amont, des ruptures de la chaîne du froid, le nonrespect du principe de la marche en avant et de la séparation secteur souillé / secteur propre dans la salle de production du « Pinton » et l’inefficacité du système d’évacuation des déchets pendant les heures de pointe. Le taux moyen d’histamine obtenu de 2011 à 2014 (1,21±1,44 mg/100g) est très inférieure à la limite critique (10 mg/100g). La valeur élevée de l’écart-type par rapport au taux moyen, témoigne de l’hétérogénéité des variances, ce qui est d’ailleurs prouvé par le test de Levene. La corrélation du taux moyen d’histamine avec la catégorie de fraîcheur n’est pas du tout bonne. Par contre, le taux moyen d’histamine corrèle bien avec la température à cœur du poisson. Le taux moyen d’histamine de la matière première est toujours plus faible que celui du produit fini, mais la différence est des fois très grande, ce qui dénote une défaillance du système. Pour maîtriser l’histamine, il suffit de maîtriser la qualité de la matière première, éviter la contamination par les bactéries histaminogénes et enfin éviter la rupture de la chaîne du froid.
    • Exigences et bonnes pratiques d'hygiène applicables à bord des chalutiers congélateurs au Sénégal

      Ka, Momar (Ministère de l'Économie Maritime, Centre National de Formation des Techniciens des Pêches et de l'Aquaculture (CNFTPA), 2011-10)
    • Évaluation de l’efficacité bioécologique des aires marines protégées (AMP) : le cas de l'AMP de Joal-Fadiouth

      Mbengue, Balla Aramane (Université Polytechnique de Bobo Dioulasso, Institut de Développement Rural, 2016-10-20)
      Cette étude comparative a pour objectif d’analyser les effets bioécologiques de l’AMP de JoalFadiouth sur les peuplements de poissons. Des pêches expérimentales sont réalisées en 2015, en saisons froide et chaude par le Laboratoire d’Écologie Halieutique/Afrique de l’Ouest LEH-AO. A chaque campagne, 16 stations sont échantillonnées dont 9 stations dans l’AMP et 7 hors des limites de l'AMP. L’analyse des paramètres environnementaux montre que le milieu est homogène et est surtout caractérisé par une différence saisonnière entre l’AMP et Hors de l’AMP. Par conséquent, les éventuelles différences de peuplements ne s'expliquent pas par la variabilité des paramètres physico-chimiques. Au total, 67 espèces réparties dans 37 familles sont capturées dans la réserve contre 41 espèces réparties dans 32 familles hors de l’AMP. L’analyse des indicateurs biologiques montre une richesse spécifique et une biomasse similaires entre les deux zones. Cependant, l’abondance totale est plus élevée dans la réserve. Le spectre de tailles montre que la taille moyenne reste la même entre la réserve et hors de la réserve (160 mm). Par contre, les poissons de grande taille sont en proportion plus nombreux en dehors de la réserve. Dans la réserve, 20 espèces échantillonnées sont en période de reproduction, mais plus de 80 % des individus sont immatures. La mise en réserve améliore sensiblement la conservation de la biodiversité avec une dominance d’espèces herbivores et de bas niveaux trophiques. De plus, c’est une zone de nourricerie pour plusieurs espèces (sardinelles, poulpe, crevettes) et de reproduction pour certaines espèces caractéristiques de la zone, e.g. Hemiramphus brasiliensis et Stephanolepis hispidus. La réserve est aussi un refuge pour la tortue verte, espèce vulnérable de grande taille, qui est menacée d’extinction par la pêche chalutière. Enfin la mise en défens permettrait de reporter le développement d’espèces de grande taille et de haut niveau trophique.
    • Impacts socio-économique des innovations dans la transformation artisanale des produits halieutiques au Sénégal: cas des fumoirs

      Camara, Ndiaye Seynabou (Université Cheikh Anta Diop, Institut Universitaire de Pêche et d'Aquaculture, 2016)
      La présente étude est une contribution à l’évaluation des impacts socio-économiques de l’introduction des fumoirs dans la transformation artisanale des produits halieutiques au Sénégal. Les recherches ont eu lieu au niveau des sites de Bargny, Kayar, Joal et Ndangane Sambou. L’évaluation s'est articulée autour d'une palette de cinq critères que sont : la pertinence, l’efficience, l’efficacité, la durabilité et les impacts liés à ces technologies. Les résultats obtenus montrent que sur la gamme de fumoirs introduits dans la filière, 95% des enquêtés considèrent que le fumoir de type parpaing amélioré (munis des accessoires nécessaires) est le mieux adapté à leurs conditions de travail. Sa contribution à l’amélioration de la production est reconnue de tous. Cependant, l’approche utilisée pour introduire la technologie a compromis son efficience et sa durabilité. Il est constaté que 30 à 50% des fumoirs construits dans le cadre des projets sont abandonnés. Les raisons sont entre autres, la non adaptation de ces prototypes aux besoins des usagers, des défauts de conception technique et une mauvaise qualité des matériaux utilisés. Par ailleurs, l’étude a révélé un accaparement progressif de l’activité dans certaines zones par des étrangers avec comme corollaire l’exploitation abusive des ressources, une menace d’exclusion des femmes de la filière et des pertes de revenus et de protéines pour le pays.