Sub-communities within this community

Recent Submissions

  • Évaluation des ressources forestiers mondiales 2005: Étude thematique sur les mangroves. Cameroun : Profil national.

    Département des Forêts FAO, Rome (Italie) (FAORome, 2005)
    Les mangroves se retrouvent sur les bandes côtières protégées des régions tropicales et subtropicales. Une de leurs fonctions principales est de protéger les côtes des perturbations et de fournir des produits forestiers ligneux et non ligneux. Les mangroves sont également importantes pour la conservation de la diversité biologique et des moyens de subsistance ; elles représentent une zone privilégiée où les nombreuses espèces d’animaux (poissons, crevettes, crustacés) peuvent tirer leur nourriture et se reproduire. Malheureusement, lapression démographique qui a eu lieu dans plusieurs zones côtières a mené à leur conversion et, bien que l’information sur l’état et les tendances au niveau mondial reste rare, de nombreuses études citent la perte de mangroves dans le temps. Une première estimation mondiale, réalisée dans le cadre de l’Évaluation des ressources forestières tropicales et publiée par la FAO/PNUE en 1980, indiquait un total mondial de 15,6 millions d’hectares. Des études plus récentes indiquent une marge de variation de 12 à 20 millions d’hectares. Toutefois, ces études ne tiennent pas toujours compte des pays à petites zones de mangrove : les informations les concernant n’existent pas et, même en les regroupant, elles ne pourraient de toute façon pas influencer significativement le total mondial. Par une initiative récente, la FAO avait décidé d’accorder l’accès aux informations détaillées sur les étendues de mangroves, passées et actuelles, dans 121 pays et régions (FAO. 2003). Ces informations avaient été tirées de l’évaluation FAO/PNUE susmentionnée et de la plus récente évaluation des ressources forestières mondiales réalisée par la FAO en 2000 (FRA 2000). Par ailleurs, une vaste recherche bibliographique avait apporté des informations complémentaires et plus de 2 800 ensembles de données nationales et sous nationales avaient été recueillis (les premières estimations datant de 1918). Grâce à ces informations, la FAO avait dressé une liste actualisée de l’estimation la plus récente et fiable de chaque pays, tirée essentiellement des inventaires nationaux ou de l’analyse des images télédétectées. L’application de l’analyse de régression, à partir de données antérieures, avait ensuite permis de déduire – pour chaque pays – des estimations pour les années 1980 et 1990 ainsi qu’une estimation extrapolée pour l’année 2000. Les résultats préliminaires ont montré que la destruction de mangroves avait continué pendant les années 90 mais que le taux de déforestation était légèrement diminué par rapport aux années 80. Ainsi, le taux de déforestation élevé des régions d’Asie, des Caraïbes et d’Amérique Latine semblait indiquer que la conversion des zones de mangrove pendant les années 80 avait été accélérée par le développement de l’aquaculture et de l’industrie du tourisme. Aujourd’hui, la plupart des pays a interdit la conversion de mangroves destinée au développement de l’aquaculture et une évaluation des impacts sur l’environnement doit désormais être réalisée avant toute activité de conversion. Afin d’établir une évaluation le plus pertinente et exhaustive possible de la situation actuelle des mangroves, la FAO a entrepris de mettre à jour les résultats préliminaires susmentionnés qui, pour ce faire, ont été transmis pour validation et information à tous les pays et régions présentant des mangroves (124). Une recherche bibliographique successive, la collaboration active avec des experts nationaux et internationaux en mangrove et l’analyse des images télédétectées ont ultérieurement contribué à la préparation du rapport définitif qui sera publié en 2005. Le lecteur est fortement encouragé à nous faire part de réactions ou d’informations complémentaires sur ce sujet afin de mettre à jour et d’améliorer la base de données au bénéfice de tous les usagers intéressés aux mangroves.
  • Sustainable community-based management and conservation of mangrove ecosystems in Cameroon.

    Food and Agriculture Organization of the United Na tions (FAO) (2011)
    Mangrove ecosystems on the coast of Cameroon are valuable both for their contributions to local livelihoods and the globally important biodiversity that they contain. However, these areas are threatened by a number of development pressures as well as unsustainable management and harvesting practices of the local communities living there. This project aims to strengthen protection and reduce degradation in these areas by supporting inter-sectoral co-ordination and collaboration (within an agreed national framework) and by helping local communities to redirect local economic activities towards activities that both improve their livelihoods as well as assist with the conservation of globally important biodiversity found in these areas. At the national level, the project includes activities to develop and implement a strategy for the protection of mangrove ecosystems. This will be supported by strengthened capacity for environmental monitoring, the generation and dissemination of better information about these ecosystems and improved mechanisms for inter-sectoral dialogue. At the local level, the project will target three areas for preparation and implementation of sustainable mangrove management plans. Experiences gained from this will demonstrate how the national strategy and dialogue can be translated into achievements in the field, so that project outcomes can be sustained and replicated elsewhere in the country. This project is a five year project with a total estimated budget of USD 6.4 million. Total project costs distributed by funding source are: (i) GEF - USD 1.7 million; (ii) national government - USD 1.5 million, (iii) other co-financiers - USD 2.5 million; and (iv) FAO - USD 0.7 million.
  • The implications of wood exploitation for fish smoking on mangrove ecosystem conservation in the South West Province, Cameroon

    Mario, G.M.; Njisuh, Z. F. (2008)
    In this study we investigated how the use of mangrove wood for fish smoking by local people in some localities of the South West (SW) Province of Cameroon may be in conflict with the conservation and sustainability of mangrove ecosystems. With the use of socio-economic surveys, from February to July 2006, we established that the amount of the annual fuel-wood harvest for five study sites was about 102,650 m3 (i.e., an amount equivalent to clearing about 205.3 ha of mangrove forests annually). It is estimated that approximately 62% of this total is used to smoke most of the fish (i.e., about 90.7% of the fish landings) across the five study sites. The quantities of wood seemed to vary proportionately with fish landings across sites, hence indicating a probable direct correlation between mangrove wood harvested and its use in fish smoking. The different uses of mangrove wood were similar in all sites, but the quantities of wood extracted from different sites varied, with sites of high fish landings registering the highest fuel-wood turnover. It seemed that local people were unaware of the need to maintain ecosystem functions despite the close relationship between wood and fish harvesting, and their importance in ensuring the livelihood for local population in the study areas. From the revision of current management policies and field observations, we propose the development of adaptive management strategies aimed at improving policy, creating public awareness, and integrating local communities in the development of a sustainable management plan for the mangrove resources of Cameroon.
  • Logging activities in mangrove forests: A case study of Douala Cameroon

    Ndongo, D.; Peter, S.; Priso, R.J.; Dibong, D.S.; François, B. (2008)
    The Cameroon mangroves are exploited by local communities through fishing, hunting, and especially logging for fuel-wood and charcoal. The changing demographic patterns in the region have increased the need of citizens in the urban centres, which in turn, has accelerated the pressure on the neighbouring forests. The objective of these studies was to assess the impact of local communities on the mangroves’ development. Through an eight point semi-structured questionnaire, 120 mangrove loggers were interviewed in the local markets in Douala. The survey data show that 61% of respondents are permanent workers and do not envisage quitting this mode of employment. The surface area destroyed annually approximates 1000 ha. Species of the genus Rhizophora are mostly exploited, with about 200,000 trees cut down per year. The declared revenues are about 400,000 Euros per year. Further analysis of information from different sources suggests that the total annual income could amount to four millions euros. These estimates show that the mangroves have a significant economic value and require significant improvement in modes of exploitation to include strategies for sustainable management.
  • La Gouvernance de la Biodiversite Marine et Cotiere dans le Golfe de Guinee.

    Etoga, G. Y. L. (Université de Nice-Sophia Antipolis, 2009)
    Biodiversity is a holistic concept which encompasses what the scientific literature describes as inter-specific diversity (diversity between species), intra-specific diversity (genetic diversity) and diversity of ecosystems. As a support of life, the preservation of biodiversity in terrestrial and marine habitats is of primary importance for the ecological balance of the Earth. Moreover, it is essential for human beings whose lifestyle depends on nature. The value of biodiversity lies with the opportunities provided to mankind to adapt to a changing environment. Concerning specifically the seas and oceans that constitute ¾ of the planet and 90% of the biosphere, there is a renewed ‘ecological awareness’ at the global level on the need to preserve marine living resources to enable them to continue to generate goods and services for mankind. The urgency to curb the continuous depletion of marine and coastal biodiversity is supported by the facts that the aquatic living resources are not inexhaustible and that damages caused to the marine milieu might be irreversible. Within this broad context, it seemed important to focus on the situation of the coastal States of the Gulf of Guinea for at least two reasons. Firstly, this region is an aquatic biodiversity hotspot whose health is a source of preoccupation not only for the region but for the world at large. Secondly, the region is witnessing an ecological stress with negative outcomes not only on the marine environment but also in the social and economic domains (shortages of sea proteins, loss of revenues derived from fisheries etc.). Thus, the key challenge that lies upon the States of the region is to ensure the optimal preservation of their coastal and marine resources, while exploiting the latter in a sustainable manner in order to drive their national development processes. The analysis of the environmental normative and institutional corpus put in place by those States, both at regional and national levels, shows that the governance framework of marine and coastal biodiversity has still to be adapted to the stakes and challenges it faces. Despite their diversity, the governance mechanisms in the Gulf of Guinea are yet to generate optimal results in terms of ensuring the conservation and sustainable exploitation of living aquatic resources. The declining trend in the loss of marine and coastal species and ecosystems within the region calls therefore for renewed impetus and strategies for an efficient regulation of the Gulf of Guinea’s aquatic patrimony which is so important for the region, and the world at large.
  • Mangroves of western and central Africa.

    Corcoran, Emily; Ravilious, Corinna; Skuja, Mike (UNEP World Conservation Monitoring CentreCambridge, UK, 2007)
    There is an international consensus, expressed in the Convention on Biological Diversity, World Summit on Sustainable Development, and Millennium Ecosystem Assessment, that biodiversity at all levels – genetic, species and ecosystem – have a critical role in sustaining livelihoods and human development. They underpin and make possible all forms of economic activity. Damage to components of biodiversity have economic consequences, the impacts of which fall most heavily on the poor. In few contexts is this as clear as in the case of mangrove ecosystems and their dependent human populations. Mangroves support livelihoods in providing habitat for food species, timber for dwellings, cooking and heat, and many other subsistence and commercial activities. Mangroves also provide protection of the coastline from erosion and storm surges. The roles of mangroves are now being realised, but only as the general trend for this valuable habitat is decline. The first global attempt to document the status of the mangrove resource, the World Mangrove Atlas, was published in 1997 by the International Society for Mangrove Ecosystems (ISME), financed by ITTO and in partnership with UNEP-WCMC. The information for Africa was updated by UNEP-WCMC in the publication Mangroves of East Africa (2003). This report provides a profile for the 19 countries of the region from Mauritania south to Angola. It presents new information on the distribution of these habitats and highlights the importance of mangroves of west and central Africa in the regional and global context. It serves to illustrate the benefits human communities derive from the wide range of goods and services provided by mangroves, which are valued at up to US$ 900 000 per year. The region is in a time of rapid change, with many challenges and opportunities, some of the highest levels of poverty in the world, a population aspiring for change, and strong interest from extractive industries in the region. Policy-makers have some difficult choices ahead as to how to manage their natural resources. It is vital that they can be provided with the most up-to-date information available. It is hoped that this publication can contribute to fulfilling their information needs for considering the future management of mangrove ecosystems in the region. Although there is considerable work being undertaken to research this habitat at the national, regional and global levels, there are still significant gaps in information, and a need for continued efforts to improve assessment of West and Central African mangrove habitats. The data produced and presented here represents the best data available today. For this reason, it is critical that it is accessible by stakeholders in the region, and can contribute to informing decisions regarding the use of mangrove ecosystems. The report will be made available as a printed report, online as a pdf and will also be made available as a contribution to the revised World Atlas of Mangroves, being undertaken by a partnership between ISME, ITTO, FAO, UNEP-WCMC, UNUINWEH and UNESCO-MAB. UNEP-WCMC spatial data
  • Projet de renforcement de la résilience des côtes au changement climatique: avancées et défis

    Ajonina, Gordon; Tchikangwa, Bertin (WWF Cameroun & Cameroon Wildlife Conservation Society, 2009)
    Les régions côtières de basse altitude sont fortement affectées par le changement climatique. Les mangroves jouent un rôle essentiel dans la protection des côtes : diminution de l’érosion, bouclier naturel contre les tempêtes. Peu d’initiatives abordent le développement de méthodes généralisables à un type d’écosystème ou même à plusieurs sites abritant des habitats similaires. L’examen de systèmes similaires peut conduire à une méthode généralisable dont la mise en oeuvre est susceptible d’orienter le développement de stratégies et de plans régionaux plus appropriés pour faire face aux impacts du CC, compte tenu de leur envergure.
  • Préparation des outils de formation et de sensibilisation sur la problématique des changements climatiques et les méthodes d’adaptation, les techniques de régénération et de gestion durable des écosystèmes de mangroves

    ENVIREP Cameroon (2012)
    Le changement climatique et ses conséquences sur l’environnement affecteront bien entendu tous les aspects de notre vie : l’approvisionnement en eau et en nourriture, la répartition et les zones d’influence de certaines maladies, ainsi que nos modes de production et de consommation. L’Afrique est l’un des continents extrêmement vulnérable aux changements climatiques. Sur le plan biophysique, le Cameroun est caractérisé par une grande variabilité, qu’il s’agisse du climat, des écosystèmes ou de la diversité biologique. D’autre part, les mangroves qui constituent des écosystèmes particuliers et reconnus d’importance internationale sont très fragiles et sensibles aux impacts des changements climatiques et aussi sont exploitées de manière non durable par les populations locales. C’est dans ce contexte que le MINEPDED a recruté un consultant pour la préparation des modules de formation et des outils de sensibilisation sur la problématique des changements climatiques et les méthodes d’adaptation, les techniques de régénération et de gestion durable des écosystèmes de mangroves (Termes de Référence en annexe I) Le présent travail vise à promouvoir l’adaptation des attitudes des populations aux changements climatiques et à la gestion durable des écosystèmes de mangrove. Le but ultime est la protection de l’environnement et de ses ressources.
  • Overview of Management and Exploitation of the Fisheries Resources of Cameroon, Central West Africa

    ENVIREP-CAM (2011)
    This report discusses the present status of the Cameroon Fisheries regulation with respect to the United Nations Convention on the Law of the Sea (UNCLOS) and other International Conventions notably, the International Plan of Action-Illicit, Undeclared, Unregulated fishing (IPOA-IUU). It presents an overview of the fisheries resources of Cameroon analyzing fish production, management, exploitation, postharvest treatment, fish transport, commercialization and consumption. Major threats to sustainable exploitation and management are also herein discussed. Results reveal that the United Nations Convention on the Law of the Sea (UNCLOS) and other International Conventions do impose significant new commitments to the Cameroon fisheries legislation and that Cameroon will need to revise its legislation to meet international standards in ensuring sustainable use of marine living resources. The fisheries sector is dominated by foreigners (about 87%) and production has declined drastically to 1/6th its value of the 1970’s despite duplication of fishing effort (number of vessels). The postharvest sector is experiencing high post harvest losses (15%) mainly due to inadequate cold storage and processing facilities. There is absence of a management plan for the sector and management measures are limited to control of mesh sizes of some gears, limiting access to the coastal zone by industrial vessels to protect vulnerable coastal resources and reducing conflict. Monotitoring Control and Surveillance (MCS) activities are not well established resulting to low level implementation of the legislation in force and high levels of IUU, pollution, and use of inappropriate fishing gears and methods amongst others. Statistical data collection is fragmentary and there is no system in place for such activity. Research in the sector is suffering from poor financing and inadequate man power. After an analysis of all these issues, measures for sustainable exploitation and management are proposed.
  • Plan d’action national de gestion des zones marine et côtière valide

    ENVIREP Cameroon (2010)
    L'intérêt du Gouvernement pour la gestion de l'environnement s'est trouvé rehaussé lors du sommet de Rio en 1992. Le Cameroun engagé dans une perspective de développement durable a garanti une gestion intégrée des écosystèmes fragiles. Cet engagement s’étend à la zone côtière qui fut identifiée parmi plusieurs autres écosystèmes comme zone écologique vulnérable nécessitant une attention particulière. Pour faire face à cette situation, les efforts nationaux de gestion durable de cette zone ont bénéficié d'un appui et d'une collaboration aux niveaux régional et international. Ces efforts sont fondés sur des interventions sectorielles caractérisées par des réglementations partielles et inadéquates. Le projet Grand Ecosystème Marin du Courant de Guinée (GEM-CG) actuellement en cours a catalysé le processus d'élaboration d'une approche nationale de gestion intégrée de la zone côtière et devrait favoriser la conception de Plans d’Action Nationaux (PAN) afin de consolider les actions stratégiques à caractère régional Le présent travail dont le fondement émane du profil côtier élaboré dans la première phase du Projet GEM-CG et des axes stratégiques définis dans le Plan d’Action Stratégique (PAS) régional se propose d'élaborer un plan d’Action National (PAN) qui aborde les questions qui entravent la gestion efficace de l'environnement marin et côtier et de ses ressources naturelles. A ce titre l’élaboration de ce plan s’est appuyée sur la méthodologie régionale appliquée par les 16 pays appartenant au Grand Ecosystème Marin du Courant de Guinée. Le plan s’articule sur trois principaux chapitres. Le chapitre I situe le problème et montre l’intérêt pour le Cameroun de développer un plan de gestion de sa zone côtière. Après une brève présentation géographique du Cameroun, un aperçu du cadre institutionnel et juridique, du contexte économique, social, financière est donné. Le chapitre II décrit l’état actuel de l’environnement marin et côtier notamment les conditions océanographiques, les ressources naturelles et les problématiques majeures justifiant l’élaboration du Plan d’Action National (PAN). Ce chapitre analyse également les obstacles potentiels aux succès. Enfin le chapitre III décrit les stratégies de développement du PAN notamment la vision, les principes directeurs, les processus utilisés, les actions stratégiques et se termine sur un cadre logique présentant des propositions de projets à mettre en œuvre pour résoudre les problèmes identifiés. Ce cadre est accompagné de quelques fiches projets élaborés en fonction des priorités identifiées et aussi en se basant sur les priorités nationales du FEM identifiées lors de la réunion nationale. Le Plan de Gestion Intégrée de la Zone Côtière Kribi Campo (PGIZC-KC) en annexe est une partie intégrante du PAN. Le travail de base a été réalisé par quatre experts nationaux sous la supervision de la Direction Nationale du Projet localisée au Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature (Direction de la Promotion de la nature et des ressources naturelles)
  • Etudes préliminaires de la deuxième phase du projet de conservation et de gestion participative des ecosystèmes de mangrove au Cameroun

    ENVIREP Cameroon (2010)
    Le terme mangrove se réfère habituellement à un complexe de zones humides influencé par les marées et constitué de forêts marécageuses et autres habitats associés dans la zone intertidale sous les latitudes tropicales et subtropicales. Les écosystèmes forestiers de mangrove subissent des dégradations anthropiques de toutes sortes et de diverses amplitudes. La pression démographique provoque leur destruction et son influence s’accentue dans des zones non protégées, surtout au voisinage des agglomérations où les problèmes fonciers et la pauvreté poussent les populations à occuper des espaces libres à faibles coûts. Dans sa volonté d’assurer une gestion durable et participative des mangroves au Cameroun, le Gouvernement à travers le Ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature a initié le projet de conservation et de gestion participative des écosystèmes de mangroves qui constitue l’un des mécanismes de mise en œuvre des outils de gestion relative à la Convention d’Abidjan sur la coopération et la protection des zones marines et côtières en Afrique de l’Ouest et du Centre et du projet Grand Ecosystème Marin du Courant de Guinée. La phase II des études de base du projet se focalise sur les mangroves des trois zones côtières du Cameroun. Il s’agit des zones de Kribi-Campo dans la Région du Sud, de Douala-Edéa dans la Région du Littoral et de Tiko dans la Région du Sud-ouest. L’objectif global du projet est de réaliser des études préliminaires sur les zones susmentionnées pour une meilleure connaissance des mangroves du Cameroun. Le présent rapport est structuré en cinq chapitres dont le premier définit le contexte, les objectifs et les résultats attendus de l’étude. Le chapitre 2 décrit la méthodologie et le chronogramme à mettre en œuvre pour réaliser l’étude. Le chapitre 3 montre l’importance économique, sociale, environnementale, éducationnelle et scientifique des écosystèmes des mangroves. Le chapitre 4 présente l’état actuel des écosystèmes de mangrove : état des connaissances, impact des activités, utilisation de la ressource, et identification des problèmes sociaux et économiques, environnementaux rencontrés dans les zones de mangroves et analyse les mesures actuelles utilisées pour les résoudre. Enfin le chapitre 5 analyse les aspects de régénération et de mise en état des mangroves, zones humides par excellence, la nécessité de régénérer les mangroves, les perspectives de restauration de l’écosystème mangrove et la participation du public dans les actions pilotes de régénération, la justification d’un projet de régénération, les critères d’identification et de choix des sites de régénération, identification et cartographie des sites dégradés à régénérer entre Tiko dans la région du Sud ouest et le fleuve Ntem située à la frontière avec la Guinée Equatoriale dans la région du sud. Enfin, tout en montrant les contraintes à la régénération, ce chapitre identifie et donne une cartographie précise des sites potentiels favorables à la régénération et définit les itinéraires techniques pour la régénération des deux espèces phares des mangroves camerounaise, à savoir le Rhizophora et l’Avicennia, avec un aperçu de l’entretien d’une plantation de mangrove.
  • Etudes préliminaires de la deuxième phase du projet de conservation et de gestion participative des écosystèmes de mangrove au Cameroun

    Envirep Cameroon (ENVI-REP CameroonLimbe (Cameroon), 2010)
    Le terme mangrove se réfère habituellement à un complexe de zones humides influencé par les marées et constitué de forêts marécageuses et autres habitats associés dans la zone intertidale sous les latitudes tropicales et subtropicales. Les écosystèmes forestiers de mangrove subissent des dégradations anthropiques de toutes sortes et de diverses amplitudes. La pression démographique provoque leur destruction et son influence s’accentue dans des zones non protégées, surtout au voisinage des agglomérations où les problèmes fonciers et la pauvreté poussent les populations à occuper des espaces libres à faibles coûts. Dans sa volonté d’assurer une gestion durable et participative des mangroves au Cameroun, le Gouvernement à travers le Ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature a initié le projet de conservation et de gestion participative des écosystèmes de mangroves qui constitue l’un des mécanismes de mise en œuvre des outils de gestion relative à la Convention d’Abidjan sur la coopération et la protection des zones marines et côtières en Afrique de l’Ouest et du Centre et du projet Grand Ecosystème Marin du Courant de Guinée. La phase II des études de base du projet se focalise sur les mangroves des trois zones côtières du Cameroun. Il s’agit des zones de Kribi-Campo dans la Région du Sud, de Douala-Edéa dans la Région du Littoral et de Tiko dans la Région du Sud-ouest. L’objectif global du projet est de réaliser des études préliminaires sur les zones susmentionnées pour une meilleure connaissance des mangroves du Cameroun. Le présent rapport est structuré en cinq chapitres dont le premier définit le contexte, les objectifs et les résultats attendus de l’étude. Le chapitre 2 décrit la méthodologie et le chronogramme à mettre en œuvre pour réaliser l’étude. Le chapitre 3 montre l’importance économique, sociale, environnementale, éducationnelle et scientifique des écosystèmes des mangroves. Le chapitre 4 présente l’état actuel des écosystèmes de mangrove : état des connaissances, impact des activités, utilisation de la ressource, et identification des problèmes sociaux et économiques, environnementaux rencontrés dans les zones de mangroves et analyse les mesures actuelles utilisées pour les résoudre. Enfin le chapitre 5 analyse les aspects de régénération et de mise en état des mangroves, zones humides par excellence, la nécessité de régénérer les mangroves, les perspectives de restauration de l’écosystème mangrove et la participation du public dans les actions pilotes de régénération, la justification d’un projet de régénération, les critères d’identification et de choix des sites de régénération, identification et cartographie des sites dégradés à régénérer entre Tiko dans la région du Sud ouest et le fleuve Ntem située à la frontière avec la Guinée Equatoriale dans la région du sud. Enfin, tout en montrant les contraintes à la régénération, ce chapitre identifie et donne une cartographie précise des sites potentiels favorables à la régénération et définit les itinéraires techniques pour la régénération des deux espèces phares des mangroves camerounaise, à savoir le Rhizophora et l’Avicennia, avec un aperçu de l’entretien d’une plantation de mangrove.
  • The differential effects of changing management regimes on yields from two fisheries exploiting the same resources

    Djama, Theodore; Pitcher, T.J. (1997)
    A yield per recruit model has been used to compare the effects of mesh size increment on the yields and revenues of the fisheries of Cameroon under two different cases. Case 1 assumes the commercial fishery to move from the exploitation of three age-groups to two age-groups with no interactions with the artisanal fishery, whereas Case 2 takes into account these interactions. The difference in the percentage increase of yield per recruit between case 1 and case 2 is 61% at current fishing (46% and 18% yield per recruit increment in cases 1 and 2 respectively). The usually accepted long-term yield per recruit increment with increase of age at first capture (with a single non-interacting fisheries) is, in this case, cancelled out. However, the revenues increase by 72% and 63% in cases 1 and 2 respectively. Therefore the economic approach, compared with purely biological analyses, is more convincing. In general, as fisheries always interact, a single-fishery management approach should not be the rule as it is at present; management strategies should consider interactions between different fisheries and be based on their economic performances and not, as said earlier, on purely biological considerations. This is because a biological approach to fisheries management will, at best, be modified by economic factors, or, at worst, be ignored totally in favour of economic policies.