Recent Submissions

  • Évaluation de la qualité microbiologique des poissons transformés artisanalement dans la Commune de Joal –Fadiouth, Département de Mbour (Sénégal)

    Diouf, Alioune Badara Kane; AYSSIWEDE, Simplice B.; DIAWARA, Abdoulaye; MUSABYEMARIA, Bellancille; Direction des Industries de Transformation de la Pêche; Ecole Inter-États des Sciences et Médecine Vétérinaires; Ministère de l’Élevage et des Productions animales (École Inter-États des Sciences et Médecine VétérinairesDakar, Sénégal, 2022)
    La transformation artisanale du poisson est l’une des méthodes de conservation. Les produits obtenus de cette transformation contribuent significativement à la satisfaction des besoins en protéines animales des populations. C’est dans le but de contribuer à l’amélioration de la qualité microbiologique des produits halieutiques transformés artisanalement que nous avons évalué la qualité microbiologique des poissons transformés artisanalement dans la Commune de Joal – Fadiouth,Département de Mbour (Sénégal) notamment, sur le site traditionnel de Tann et amélioré de Khelcom. Notre étude s’est élargie sur l’impact de l’amélioration du site Khelcom sur la qualité du produit. Il est ressorti de nos résultats que sur les 100 échantillons prélevés et répartis équitablement entre les deux sites, seuls 16 sont non satisfaisants dont 13 échantillons contenant des salmonelles et 11 échantillons contaminés par Vibrio parahaemolycticus. Sur le site de Tann, il a été noté la présence de Vibrio parahaemolyticus dans trois échantillons, cinq échantillons contaminés par des salmonelles et huit échantillons dans lesquels ces deux bactéries sont présentes. Par contre, sur le site amélioré de Khelcom, aucun échantillon ne présente un résultat positif. Ainsi, au regard de nos résultats on peut conclure que l’amélioration des sites a un impact positif sur la qualité microbiologique des produits finis
  • Recherche des résidus de médicaments vétérinaire dans les produits aquacoles du Sénégal

    Diouf, Alioune Badara Kane; Séne, Mamadou; Mbacké, Mame Ibrahima; Direction des Industries de Transformation de la Pêche; l’Agence Nationale de l’Aquaculture (Direction des Industries de Transformation de la PêcheDakar, Sénégal, 2018)
    Dans le cadre de la mise en œuvre du plan de surveillance des résidus de médicaments vétérinaires, des contaminants chimiques, biologiques et microbiologiques dans les produits de l’aquaculture, la Direction des Industries et de la Transformation de la Pêche (DITP) a sollicité et obtenu de la FAO, un appui pour l’organisation d’une mission de caractérisation et d’échantillonnage de produits d’aquaculture. En effet dans le cadre des activités du paquet d’actions « résistances antimicrobiennes » du GHSA, les experts de ECTAD, avaient adressé dans son plan de travail annuel de 2018, la recherche des résidus de médicaments vétérinaires dans les produits d’aquaculture. C’est ainsi, après des échanges fructueux avec les équipes techniques d’ECTAD/FAO, de la DITP et de l’Agence Nationale de l’Aquaculture (ANA), une méthodologie a été identifiée et un chronogramme d’une mission d’enquête et de prélèvements d’échantillons pour la recherche des contaminants a été proposé et a permis d’effectuer ladite mission du 09 au 22 avril 2018.
  • Rapport statistique des exportations de produits de la pêche 2020

    Direction des Industries de Transformation de la Pêche (Direction des Industries de Transformation de la PêcheDakar, Sénégal, 2020)
  • Rapport statistique des exportations de produits de la pêche 2019

    Direction des Industries de Transformation de la Pêche (Direction des Industries de Transformation de la PêcheDakar, Sénégal, 2019)
  • Rapport statistique des exportations de produits de la pêche 2017

    Direction des Industries de Transformation de la Pêche (Direction des Industries de Transformation de la PêcheDakar, Sénégal, 2017)
  • Rapport statistique des exportations de produits de la pêche 2018

    Direction des Industries de Transformation de la Pêche (Direction des Industries de Transformation de la PêcheDakar, Sénégal, 2018)
  • Rapport statistique des exportations de produits de la pêche 2016

    Direction des Industries de Transformation de la Pêche, Dakar (Sénégal) (Direction des Industries de Transformation de la Pêche2016, 2016)
  • Impacts socio-économique des innovations dans la transformation artisanale des produits halieutiques au Sénégal: cas des fumoirs

    Camara, Ndiaye Seynabou (Université Cheikh Anta Diop, Institut Universitaire de Pêche et d'Aquaculture, 2016)
    La présente étude est une contribution à l’évaluation des impacts socio-économiques de l’introduction des fumoirs dans la transformation artisanale des produits halieutiques au Sénégal. Les recherches ont eu lieu au niveau des sites de Bargny, Kayar, Joal et Ndangane Sambou. L’évaluation s'est articulée autour d'une palette de cinq critères que sont : la pertinence, l’efficience, l’efficacité, la durabilité et les impacts liés à ces technologies. Les résultats obtenus montrent que sur la gamme de fumoirs introduits dans la filière, 95% des enquêtés considèrent que le fumoir de type parpaing amélioré (munis des accessoires nécessaires) est le mieux adapté à leurs conditions de travail. Sa contribution à l’amélioration de la production est reconnue de tous. Cependant, l’approche utilisée pour introduire la technologie a compromis son efficience et sa durabilité. Il est constaté que 30 à 50% des fumoirs construits dans le cadre des projets sont abandonnés. Les raisons sont entre autres, la non adaptation de ces prototypes aux besoins des usagers, des défauts de conception technique et une mauvaise qualité des matériaux utilisés. Par ailleurs, l’étude a révélé un accaparement progressif de l’activité dans certaines zones par des étrangers avec comme corollaire l’exploitation abusive des ressources, une menace d’exclusion des femmes de la filière et des pertes de revenus et de protéines pour le pays.
  • Exigences et bonnes pratiques d'hygiène applicables à bord des chalutiers congélateurs au Sénégal

    Ka, Momar (Ministère de l'Économie Maritime, Centre National de Formation des Techniciens des Pêches et de l'Aquaculture (CNFTPA), 2011-10)
  • Évaluation de l’efficacité bioécologique des aires marines protégées (AMP) : le cas de l'AMP de Joal-Fadiouth

    Mbengue, Balla Aramane (Université Polytechnique de Bobo Dioulasso, Institut de Développement Rural, 2016-10-20)
    Cette étude comparative a pour objectif d’analyser les effets bioécologiques de l’AMP de JoalFadiouth sur les peuplements de poissons. Des pêches expérimentales sont réalisées en 2015, en saisons froide et chaude par le Laboratoire d’Écologie Halieutique/Afrique de l’Ouest LEH-AO. A chaque campagne, 16 stations sont échantillonnées dont 9 stations dans l’AMP et 7 hors des limites de l'AMP. L’analyse des paramètres environnementaux montre que le milieu est homogène et est surtout caractérisé par une différence saisonnière entre l’AMP et Hors de l’AMP. Par conséquent, les éventuelles différences de peuplements ne s'expliquent pas par la variabilité des paramètres physico-chimiques. Au total, 67 espèces réparties dans 37 familles sont capturées dans la réserve contre 41 espèces réparties dans 32 familles hors de l’AMP. L’analyse des indicateurs biologiques montre une richesse spécifique et une biomasse similaires entre les deux zones. Cependant, l’abondance totale est plus élevée dans la réserve. Le spectre de tailles montre que la taille moyenne reste la même entre la réserve et hors de la réserve (160 mm). Par contre, les poissons de grande taille sont en proportion plus nombreux en dehors de la réserve. Dans la réserve, 20 espèces échantillonnées sont en période de reproduction, mais plus de 80 % des individus sont immatures. La mise en réserve améliore sensiblement la conservation de la biodiversité avec une dominance d’espèces herbivores et de bas niveaux trophiques. De plus, c’est une zone de nourricerie pour plusieurs espèces (sardinelles, poulpe, crevettes) et de reproduction pour certaines espèces caractéristiques de la zone, e.g. Hemiramphus brasiliensis et Stephanolepis hispidus. La réserve est aussi un refuge pour la tortue verte, espèce vulnérable de grande taille, qui est menacée d’extinction par la pêche chalutière. Enfin la mise en défens permettrait de reporter le développement d’espèces de grande taille et de haut niveau trophique.
  • Contribution à la maîtrise de la formation d’histamine dans les conserves de sardinelles : cas des Conserveries de Dakar (CONDAK)

    Ka, Momar (Université Cheikh Anta Diop, Institut Universitaire de Pêche et d'Aquaculture (IUPA), 2015-12)
    Le but de cette étude, réalisée aux Conserverie de Dakar (CONDAK), est de proposer des mesures préventives pour une bonne maîtrise de la production d’histamine dans les conserves de sardinelles. Le système de prévention de la formation d’histamine de CONDAK a été évalué. Une étude statistique de l’évolution du taux d’histamine des conserves de sardinelle de 2011 à 2014 à été faite. Les paramètres de qualité ont été étudiés afin d’apprécier la corrélation entre le taux d’histamine de la sardinelle fraîche et sa qualité organoleptique, ainsi que sa température à cœur et pour suivre l’évolution du taux d’histamine de la matière première au produit fini. L’évaluation du système préventif de CONDAK a révélé un certain nombre de défaillances, notamment la non maîtrise des exigences amont, des ruptures de la chaîne du froid, le nonrespect du principe de la marche en avant et de la séparation secteur souillé / secteur propre dans la salle de production du « Pinton » et l’inefficacité du système d’évacuation des déchets pendant les heures de pointe. Le taux moyen d’histamine obtenu de 2011 à 2014 (1,21±1,44 mg/100g) est très inférieure à la limite critique (10 mg/100g). La valeur élevée de l’écart-type par rapport au taux moyen, témoigne de l’hétérogénéité des variances, ce qui est d’ailleurs prouvé par le test de Levene. La corrélation du taux moyen d’histamine avec la catégorie de fraîcheur n’est pas du tout bonne. Par contre, le taux moyen d’histamine corrèle bien avec la température à cœur du poisson. Le taux moyen d’histamine de la matière première est toujours plus faible que celui du produit fini, mais la différence est des fois très grande, ce qui dénote une défaillance du système. Pour maîtriser l’histamine, il suffit de maîtriser la qualité de la matière première, éviter la contamination par les bactéries histaminogénes et enfin éviter la rupture de la chaîne du froid.
  • Synthèse de la production des régions continentales statistiques de juillet 2018

    Ministère de la Pêche et de l’Economie Maritime. Direction de la Pêche Continentale (Ministère de la Pêche et de l’Economie Maritime. Direction de la Pêche ContinentaleDakar, Senegal, 2018)
    Le sous-secteur de la pêche continentale est une composante essentielle de l’activité halieutique et revêt une importance capitale pour l’économie des régions continentales (Source importante de protéine et de revenues). La Pêche continentale est pratiquée aussi bien au niveau des principaux fleuves qu’au niveau des mares et autres plans d’eau aménagés. Elle est une activité artisanale qui cherche à s’améliorer de jour en jour avec l’aide de l’Etat à travers des aménagements d’infrastructure et autres donations et subvention d’équipements.La Production de la continentale varie d’une région à une autre du fait de la configuration hydrographique, des écosystèmes et du professionnalisme des acteurs.
  • Synthèse de la production des régions continentales statistiques de juin 2018

    Ministère de la Pêche et de l’Economie Maritime. Direction de la Pêche Continentale (Ministère de la Pêche et de l’Economie Maritime. Direction de la Pêche ContinentaleDakar, Senegal, 2018)
    Le sous-secteur de la pêche continentale est une composante essentielle de l’activité halieutique et revêt une importance capitale pour l’économie des régions continentales (Source importante de protéine et de revenues). La Pêche continentale est pratiquée aussi bien au niveau des principaux fleuves qu’au niveau des mares et autres plans d’eau aménagés. Elle est une activité artisanale qui cherche à s’améliorer de jour en jour avec l’aide de l’Etat à travers des aménagements d’infrastructure et autres donations et subvention d’équipements.La Production de la continentale varie d’une région à une autre du fait de la configuration hydrographique, des écosystèmes et du professionnalisme des acteurs.
  • Plan d'Aménagement de la Pêcherie de Poulpe au Sénégal: Octopus vulgaris.

    Ministère la Pêche et de l'Economie Maritime, Direction des Pêches Maritimes (DPM); Ministère la Pêche et de l'Economie Maritime, Cellule d'Etudes et de Planification (CEP). Projet Aménagement Durable des Pêcheries du Sénégal (ADUPES) (Direction des Pêches Maritimes (DPM)Dakar, Sénégal, 2016)
    Le plan d’aménagement développé dans ce document concerne la pêcherie de poulpe (Octopus vulgaris) y compris la ressource (stock unique) et les acteurs qui exploitent cette ressource. La pêcherie de poulpe comprend un segment artisanal et un segment industriel national dont la zone d’activité couvre la Petite Côte et s’étend jusqu’au nord de la Grande Côte. Elle se prolonge également au sud, à Djifère et en Casamance. Elle est sujette à de grandes variabilités de production en fonction des facteurs environnementaux, comme l’intensité de l’upwelling côtier : la capture annuelle moyenne est de l’ordre de 10.000 tonnes.Le PAPP s’appuie sur les résultats du diagnostic de la pêcherie avec notamment des éléments relatifs à la bio-écologie de l’espèce, à l’état du stock, aux systèmes d’exploitation, aux mesures de gestion existantes, aux marchés et à la commercialisation, ainsi qu’au système d’information et à la définition de la pêcherie.
  • Résultats Généraux de la Pêche Maritime: 2018.

    Ministére des Pêches et de l'Economie Maritime, Dakar (Sénégal). Direction des Peches Maritimes (DPM) (Direction des Pêches MaritimesDakar, Sénégal, 2018)
    La production de la pêche maritime artisanale et industrielle (nationale et étrangère) se chiffre pour l’année 2018 à 524 851 tonnes pour une valeur commerciale estimée à 272,466 milliards, contre 510 596 tonnes pour une valeur commerciale estimée à 222,719 milliards en 2017. En glissement annuel, on note une augmentation des débarquements en volume et en valeur respectivement de 14 255 tonnes et de 49,748 milliards, soit des hausses respectives en valeur relative de 3% et de 22%. La part de la pêche artisanale dans la production nationale représente 76% soit 398 643 tonnes et celle de la pêche industrielle 126 209 tonnes soit 24% en valeur relative. Les captures de la pêche industrielle sont réalisées pour l’essentiel par la flotte nationale à hauteur de 94% et dans une moindre mesure par la flotte étrangère pour 6%. La production maritime est destinée à la consommation, à la transformation et à l’exportation. Ce présent document peut est scindé en trois parties: 1- La production de la pêche maritime, 2 - La transformation des produits de la pêche maritime, 3 - La commercialisation des produits de la pêche maritime.
  • Résultats Généraux de la Pêche Maritime: 2017.

    Ministère de la Pêche et de l'Economie Maritime, Dakar (Senegal). Direction des Pêches Maritimes (Direction des Pêches maritmesDakar, Sénégal, 2018)
    Les résultats des pêches maritimes en 2017 révèlent que l’estimation de la quantité totale débarquée s’élève à 510 596 tonnes pour une valeur commerciale estimée à 222,719 milliards, contre 495 880 tonnes en volume et 185 milliards de FCFA en valeur en 2016, soit des hausses respectives de 3% en volume et 20% en valeur. Les débarquements proviennent d’une part de la pêche artisanale à hauteur de 77% soit 394 036 tonnes et d’autre part de la pêche industrielle pour une part de 33% soit 116 501 tonnes. Ces captures sont réalisées pour l’essentiel par la flotte nationale et une partie à l’actif de la flotte Étrangère. Par ailleurs, une partie des débarquements est exportée par les sociétés de transformation industrielle notamment et par le secteur artisanal dans une moindre mesure. Le présent document compte trois chapitres que sont : 1- La production de la pêche maritime, 2-la transformation des produits de la pêche maritime -3- La commercialisation des produits de la pêche maritime.
  • Contribution à la connaissance et à l'amélioration du marché des produits de la pêche.

    Touré, Abou M. (Ecole Inter-Etats des sciences et Médecine Vétérinaires (EISMV), 1977)
    e Sénégal, pays situé à l'extrême Ouest du continent africain, ouvert sur près de 700 km au centre Atlantique a su, très tôt, tirer profit de cette richesse extraordinaire qui l'a fait entrer de plein pied dans le peloton de tête des pays producteurs de poissons. J: l'a réussi grâce à une population qui, ayant fourbi ses armes dans les eaux intérieures, s'est résolument tournée vers les horizons infinis. Avec des moyens techniques variées et riches, qui vont de la frêle embarcation monoxyle au thonier de grande jauge en passant par le cordier de Soumbédioune, de la ligne de fend individuelle au chalut dévastateur et les senne tournantes, les pêcheurs sénégalais et étrangers continuent de débarquer d'année en année des quantités impressionnantes de poissons, crustacés et mollusques de toutes sortes La production est passée ainsi de 79.367 T. en 1960 à 352.912 T. en 1975: soit une progression de 34,4% alors que la production arachidière arrive à peine à doubler son tonnage de l'indépendance .. Le problème qui se pose n'est pas tellement d'augmenter les tonnages débarqués car ici les fonds sont riches et les bancs nombreux, mais de savoir comment répartir judicieusement cette masse de produits de la mer. On sait que dans tous les pays du monde, l'économie alimentaire est plus ou moins scoumise à l'autorité de l'Etat, en vue d'assurer les approvisionnements vitaux. Il incombe donc au Gouvernement d'améliorer l' approvisionnement en aliments de base à bon marché par des mesures appropriées et en raison de la pénurie des protéines alimentaires à bon marché, la production doit être particulièrement encouragée et sa diffusion la plus large possible. Des mesures d'ordre économique et politique peuvent être prises pour ajuster la balance commerciale en fonction de la demande intérieure et l'évolution des marchés extérieurs de façon à équilibrer l'offre et la demande à des prix raisonnables. L'orientation générale qui doit guider cette politique doit être la suivante : protection farouche des intérêts des producteurs qui consentent les plus lourds sacrifices et des consommateurs qui doivent avoir les denrées de première nécessité à des prix les plus bas possibles, tout en permettant quand même aux intermédiaires compétents et sérieux de profiter des bienfaits de ce secteur.
  • Contribution à l'étude de la pêche et des industries de la pêche en Mauritanie.

    Mahmoud, Chérif A. (Ecole Inter-Etats des sciences et Médecine Vétérinaires (EISMV), 1975)
    y a seulement Quelques années, la Mauritanie, pays côtier, ne tirait qu'un mince profit des ressources de la mer. Ses habitants, éleveurs nomades pour la plupart, vivaient tous à l'intérieur du continent. En effet, la zone littorale, longue de plus de 600 Km, n'est qu'une vaste étendue désertique. A la Mauritanie rurale, terre d'élevage, se greffe une autre Mauritanie, urbaine celle-là, née de la pêche et des industries minières. Cette pêche, inconnue pour beaucoup de mauritaniens jusqu'en 1960, devient l'un des prinoipaux leviers du développement économique de leur pays. Dans une première partie, par un rappel des prinoipales ressouroes halieutiques,nous aborderons, dans la seconde partie, l'exploitation oes ressouroes. Après un bref aperçu historique, nous parlerons de l'organisation et de la réglementation de la pêohe en Mauritanie. Ensuite nous étudierons les aotivités de pêohe, de transformation et de oommercialisation des produits. Nous terminerons ce travail en donnant notre avis sur les perspeotives de développement qui s'offrent à ce secteur.
  • Résultats généraux des pêches maritimes: 2014.

    Direction des pèches maritimes (Direction des Pêches MaritimesDakar (Senegal), 2014)
    Les débarquements de la pêche maritime en 2014, s’élèvent à 425 002 tonnes contre 441 254 tonnes en 2013 équivalent à 3,7 % de baisse relative. La valeur commerciale estimée en 2014 est de 134,95 milliards soit un recul de 6,3 %. Le prix moyen du poisson a baissé de 3% entre les deux années. I- Pêche Artisanale Comparativement à l’année 2013, le volume des débarquements de la pêche artisanale maritime a connu une légère baisse de 6,4 % en 2014, passant de 398 214 tonnes à 372 548 tonnes, imputable à la diminution générale, dans toutes les régions, des petits pélagiques notamment sardinelles et ethmaloses. Pêche Industrielle La pêche industrielle tirée par la pêche chalutière a franchi la barre des 50 000 tonnes pour la première fois durant ces cinq dernières années. Cette pêche qui représente 12% des débarquements de la pêche maritime a connu une hausse de 22% par rapport en 2013, malgré la diminution du nombre de navires. Cette performance pourrait être due à l’amélioration des rendements de pêche en l’absence d’un accroissement de l’effort de pêche.
  • Résultats Généraux des Pêches maritimes :2015.

    Direction des Pêches Maritimes, Dakar (Sénégal) (Direction des Pêches Maritimes, Dakar (Sénégal)Dakar (Sénégal), 2016)
    Les captures totales débarquées de la pêche maritime sénégalaise en 2015 s’élèvent à 430 667 tonnes, pour une valeur commerciale estimée à 153,991 milliards de FCFA, tandis que celles de 2014 étaient de 425 002 tonnes en volume et de 134,95 milliards de Fcfa. Les évolutions en valeur relative sont respectivement 1,33% et de 14% en volume et en valeur. Les débarquements de la pêche artisanale maritime se chiffrent à 383 222 tonnes en 2015 contre 372 548 tonnes en 2014, soit une hausse de 3%. La valeur commerciale estimée des produits entre 2014 à 2015, est passée de 93,574 milliards à 110,724 milliards de FCFA, soit une hausse de 18%. Les principales espèces débarquées sont constituées du groupe ethmalose et sardinelle (65%), des chinchards (15%), de la ceinture (13%), des maquereaux ( ), du poisson chat et de la sole. Les captures débarquées de crustacés ont régressé de 11%, tandis que celles des mollusques se sont nettement améliorées (39%). Les régions de Saint-Louis, Ziguinchor et Kaolack ont enregistré une hausse des débarquements des produits halieutiques alors que l’on constate une baisse dans les autres régions. L’augmentation des débarquements dans les régions de Saint-Louis et de Ziguinchor sont en général imputable à la fréquentation par nos pêcheurs des zones de pêche des pays limitrophes par le biais des accords d’accès. .

View more